Essonne : un braquage tourne mal, un malfaiteur tué par un gendarme

Par , publié le
France Un véhicule de la gendarmerie (photo d'illustration)
Un véhicule de la gendarmerie (photo d'illustration)

A Briis-sous-Forges, dans le département de l’Essonne, un braqueur a été tué par un gendarme alors qu’à l’aide d’autres individus, ils voulaient faire sauter un distributeur de billets.

Dans la nuit de vendredi à samedi, dans la petite commune de Briis-sous-Forges, dans l’Essonne, un braquage a mal tourné. L’un des malfaiteurs a été tué par balle par un gendarme. Deux enquêtes ont été ouvertes, l’une sur le braquage même et une autre pour définir les circonstances de la mort du malfaiteur.

Un braquage qui tourne mal

Vers 3h30, dans la nuit de vendredi à samedi, un groupe de gendarmes de la brigade de Limours aurait remarqué des individus suspects autour d’un distributeur de billets. A la vue des gendarmes, les individus, qui essayaient à l’aide de gaz de faire exploser le DAB, se ruent alors dans leur véhicule stationné à proximité.

« Le conducteur tente alors de prendre la fuite en fonçant en direction du véhicule de gendarmerie. Un gendarme parvient à s’accrocher à leur voiture et essaie d’arracher la cagoule du malfaiteur qui se trouve derrière le volant. Celui-ci accélère et traîne le militaire sur plusieurs mètres.» indiquait à nos confrères du « Parisien », Éric Lallement, le procureur de la République d’Évry. Toujours selon la même source, quatre coups de feu sont tirés dont un qui touche le conducteur des fuyards. Celui-ci parvient néanmoins à garder le contrôle de la voiture et les braqueurs parviennent à s’échapper.

Un des braqueurs tué

La voiture sera retrouvée quelques instants plus tard avec à son bord le conducteur touché par une balle des militaires, mort. La victime, un homme de 36 ans, est connu des forces de l’ordre, il a été « condamné à de multiples reprises ».

C’est la Section de recherches de Paris de la gendarmerie qui est chargée de l’enquête sur la tentative de vol avec moyens explosifs en bande organisée. Alors qu’une seconde enquête est confiée à l'Inspection générale de la gendarmerie nationale. Les enquêteurs devront déterminer les circonstances dans lesquelles les gendarmes ont fait usage de leur arme ainsi que celles de la mort du conducteur de la voiture.

Crédits photos : hadescom/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus