Mort d'un enfant espagnol non vacciné contre la diphtérie

Par , publié le | modifié le
Santé
Vaccin (photo d'illustration)

C'était le premier cas de diphtérie en Espagne depuis 1987. Un enfant de 6 ans, non vacciné contre la diphtérie, est mort de cette maladie après un mois de lutte dans un hôpital de Barcelone. Une mort qui relance la polémique sur la vaccination obligatoire.

L'hôpital Vall d'Hebron, à Barcelone, a annoncé samedi via son compte Twitter la mort d'un patient atteint de diphtérie. Âgé de 6 ans, cet enfant est décédé après un mois de lutte contre cette maladie infectieuse. Le jeune garçon avait été admis à la fin du mois de mai, et la polémique sur la vaccination, vivace à travers le monde ces derniers temps, a trouvé là un moyen supplémentaire pour enfler.

Diphtérie : une antitoxine difficile à trouver

En l'espèce, il s'agissait là du premier cas de cette maladie infectieuse et contagieuse en Espagne depuis 1987. A titre d'information, la diphtérie est une angine particulière déclenchée par un bacille, et qui se déclare principalement chez les jeunes de 6 à 15 ans qui ne sont pas vaccinés.


L'hôpital argue du fait que l'admission de cet enfant, originaire d'Olot, a été effectuée avec du retard. Ce qui n'est pas étonnant quand on sait qu'en Espagne, l'antitoxine n'est pas disponible. Le traitement a dû être fourni par la Russie, mais trop tard pour le jeune patient. En outre, 1 adulte et 9 enfants appartenant à son entourage se sont trouvés contaminés. Mais vaccinés, ces derniers n'ont pas développé la maladie.

Des campagnes anti-vaccination qui font des émules

Cette mort intervient alors qu'à travers le monde, le discours des anti-vaccination est de plus en plus virulent et entendu. Ici, les parents de l'enfant n'avaient ne l'avaient pas fait vacciner par crainte des effets secondaires. Boi Ruiz, chef catalan des services de santé, disait : "Nous lançons un appel aux parents: qu'ils vaccinent leurs enfants (...)  Il n'y a pas de risque zéro. Mais ce qu'on ne peut pas faire c'est utiliser le fait qu'il n'y ait pas de risque zéro pour créer une peur chez les parents vis-à-vis du vaccin. Qu'il nous arrive quelque chose comme ça dans un pays ou l'accès à la vaccination est gratuit et universel doit, en tant que société, nous faire réfléchir". 

Malheureusement, pour les parents de l'enfant qui se disent victimes des beaux discours des groupes anti-vaccination, il est trop tard. D'après l'Organisation mondiale de la santé, le taux de vaccination des bébés contre la diphtérie (et avec elle, le tétanos et la coqueluche) est de 84% à l'échelle du globe.

Crédits photos : Istvan Csak/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus