Espagne : des centaines de migrants ont tenté de passer la clôture de Ceuta

Par , publié le
International Un véhicule de la croix rouge espagnole. Photo d'illustration.
Un véhicule de la croix rouge espagnole. Photo d'illustration.

En ce jour de noël, des centaines de migrants venus d'Afrique ont tenté de traverser la frontière entre le Maroc et l'enclave espagnole de la Ceuta au péril de leur vie. Deux sont morts, et l'on dénombre de nombreux blessés.

C'est vers 4 heures du matin que des centaines de migrants ont pris d'assaut la clôture marquant la frontière entre le Maroc et la petite enclave espagnole de la Ceuta. La clôture, haute de sept mètres, hérissée de barbelés et bordée d'un profond fossé, n'a pas découragé ces centaines de migrants qui ont risqué leur vie.

De nombreux blessés lors de ce passage en force

Seulement 185 d'entre eux ont réussi à franchir cette barrière destinée à décourager les plus téméraires et cela s'est fait au prix de nombreuses blessures. Les volontaires de la croix rouge ont pris en charge ceux qui ont réussi la traversée, les ont soignés et fourni des vêtements et des chaussures.

Une douzaine de migrants ont du être hospitalisés pour des fractures. De nombreux autres ont nécessité des points de suture ou être réchauffés car en état d'hypothermie. La plupart des migrants ayant réussi à passer la clôture étaient blessés.

Deux migrants retrouvés morts noyés

Certains migrants ont préféré tenter d'accéder à Ceuta par la mer en nageant pour contourner la longue digue qui marque la frontière. Sur les 200 qui ont bravé la mer, 104 ont été interceptés par les autorités marocaines. Les gardes-côtes marocains ont aussi repêché deux corps sans vie.

De nombreux migrants venus d'Afrique tentent tous les ans de franchir cette frontière afin de gagner l'Europe dans l'espoir d'une vie meilleure et pour aider leur famille restée au pays. L'Espagne avait, l'an dernier, renforcé la clôture qui sépare son enclave du Maroc rendant la traversée extrêmement périlleuse. L'année dernière, les gardes espagnols avaient été accusés de tirer à balles réelles sur les migrants qui tentaient le franchissement et de les asperger de gaz lacrymogène.

Partager cet article

Pour en savoir plus