Éric Zemmour : 3.000 euros d'amende pour provocation à la haine

Par , publié le
France Eric Zemmour
Eric Zemmour

L'essayiste Éric Zemmour vient d'être condamné à 3.000 euros d'amende pour provocation à la haine. Une décision se rapportant à la publication en 2014 d'une interview où le polémiste n'avait pas exclu une déportation des musulmans vivant actuellement en France.

Fin 2014, l'essayiste Éric Zemmour était remercié par iTELE, en voyant par la même occasion son émission Ça se dispute avec Nicolas Domenach tomber aux oubliettes, suite à ses propos tenus en octobre de la même année dans les colonnes du journal italien Corriere della Sera.

Le journaliste, qui s'exprimait sur le sujet des musulmans, y considérait alors que ces derniers "[vivaient] entre eux, dans les banlieues", que "les Français [avaient] été obligés de les quitter" et que "cette situation d'un peuple dans le peuple, des musulmans dans le peuple français, nous conduira au chaos et à la guerre civile".

Provocation à la haine contre les musulmans : 3.000 euros d'amende pour Zemmour

Et à la question de savoir s'il fallait donc envisager la déportation des cinq millions de musulmans vivant en France, Éric Zemmour avait répondu : "Je sais, c'est irréaliste, mais l'histoire est surprenante. Qui aurait dit en 1940 qu'un million de pieds-noirs, vingt ans plus tard, seraient partis d'Algérie pour revenir en France?" Avant de nier être apparu favorable à une déportation dans cet entretien, et le journaliste italien avouera d'ailleurs avoir lui-même ajouté le mot "déporter" lors de la retranscription de l'interview.

L'essayiste disait parler de "musulmans en banlieue qui s'organisent"

Ce qui n'avait toutefois pas empêché la longue audience de novembre d'apparaître copieusement accusatrice à l'encontre du polémiste, la procureur Annabelle Philippe ayant ainsi estimé que ses propos avaient "pour objet principal d'opposer les musulmans et les Français". Alors que pour Éric Zemmour, il n'était question que de "musulmans en banlieue qui s'organisent et qui", d'après lui, "sont en voie de sécession". Nos confrères du Huffington Post rapportent que l'essayiste a finalement été condamné en ce jeudi 17 décembre à 3.000 euros d'amende pour provocation à la haine envers les musulmans. Alors que le parquet avait requis début novembre une amende de 10.000 euros contre Éric Zemmour.

Crédits photos : le point

Partager cet article

Pour en savoir plus