En 2050, presque tous les oiseaux marins auront avalé du plastique

Par , publié le
Sciences Les sacs plastiques font partie des déchets les plus rejetés par la mer
Les sacs plastiques font partie des déchets les plus rejetés par la mer

Une étude publiée lundi alerte sur la perspective qu'en 2050, la quasi-totalité des oiseaux marins aient avalé du plastique. Il est toutefois encore possible de rendre ce taux de 99% moins important qu'il ne l'est déjà.

À l'heure actuelle, on estime que la plupart des oiseaux marins ont déjà, au moins une fois dans leur vie, avalé du plastique. Et ce phénomène tend à aller en progressant, une étude ayant ainsi rapporté lundi que d'ici 2050, près de 99% de ces volatiles de mer auront ingurgité du plastique.

Une enquête durant laquelle des chercheurs ont analysé d'autres études menées entre 1962 et 2015 auprès de 135 espèces d'oiseaux de mer. Nos confrères de L'Obs relatent qu'une étude datant du début des années 60 révélait un taux de 5% de volatiles marins concernés par une absorption de plastique.

Pollution au plastique : 99% des oiseaux marins touchés en 2050 contre 5% dans les années 60

Le plastique apparaît telle une menace certaine pour les oiseaux marins, lesquels sont ainsi incapables de faire la différence entre du plastique et des éléments aptes à les nourrir, pour des conséquences pouvant être mortelles. D'après les scientifiques, cette pollution peut atteindre des proportions relativement énormes selon les zones, certaines d'entre elles présentant par exemple un taux affolant de 580.000 morceaux de plastique par km².

Une réaction encore possible

À en croire les comptes-rendus de l'Académie nationale américaine des sciences (PNAS), les chercheurs "prévoient [donc] une augmentation de l'ingurgitation de plastique par les oiseaux marins, qui touchera 99% de toutes les espèces d'ici 2050". Mais les responsables de cette étude ne se veulent pas fatalistes pour autant : "Une gestion efficace des déchets peut réduire cette menace". Chris Wilcox, chercheur officiant à l'Agence nationale australienne pour la science (CSIRO), appuie cet optimisme sur la base d'une prévision globale inédite : "Pour la première fois, nous disposons d'une prévision globale montrant à quelle échelle la pollution au plastique peut avoir des répercutions sur les espèces marines." Et si la production de plastique est multipliée par deux depuis ses débuts, intervenus dans les années 50, "entre 2015 et 2026, la quantité totale de plastique produite sera équivalente à tout ce qui a déjà été fabriqué", selon les chercheurs.

Crédits photos : © Mark Wolfe / Wikimedia Commons

Partager cet article

Pour en savoir plus