Emmanuel Macron ne sera pas "candidat à l'intérieur de la primaire" pour Gérard Collomb

Par , publié le
Politique Emmanuel Macron lors de l'interview donnée à Arte
Emmanuel Macron lors de l'interview donnée à Arte

Le sénateur-maire de Lyon Gérard Collomb estime que le ministre de l'Économie Emmanuel Macron ne sera pas "candidat à l'intérieur de la primaire" et qu'il va plutôt "tracer sa route".

Il y a de cela quelques semaines, le sénateur-maire socialiste de Lyon Gérard Collomb entrevoyait Emmanuel Macron comme probable candidat pour la présidentielle de 2017. Le soutien de l'élu à l'actuel ministre de l'Économie avait alors notamment estimé que "quelqu'un comme Emmanuel Macron est en train de faire éclater le paysage."

M. Collomb liait toutefois cette présence au scrutin à des intentions de vote éventuellement toujours plus fortes en décembre que celles de l'exécutif : "Je crois que les choses vont se faire naturellement. Si, au mois de décembre, François Hollande est toujours dans les sondages autour de 14-15[%], et qu'Emmanuel Macron est toujours aux alentours de 28-30[%], évidemment qu'à un moment donné, il sera le candidat."

Collomb pense que Macron va "tracer sa route"

Récemment invité de Sud Radio et Public Sénat, le sénateur-maire a déclaré que, selon lui, Emmanuel Macron ne profitera pas de la primaire de la gauche pour se déclarer candidat à la présidentielle : "Il va tracer sa route. Je ne pense pas qu'il sera candidat à l'intérieur de la primaire".

Et d'ajouter que le ministre "organise son premier meeting le 12 juillet, puis il va continuer à faire entendre une voix, à essayer de rassembler la société et à s'adresser aux Français plutôt qu'aux seuls militants politiques".

"Il ne sera pas candidat contre un François Hollande"

Il semble en tout cas apparaître clair pour Gérard Collomb qu'Emmanuel Macron "ne sera pas candidat contre un François Hollande. Mais soit François Hollande réussit à refaire le terrain qu'il a perdu, et dans ce cas là je pense qu'il sera candidat, soit il reste à un niveau de popularité qui est celui d'aujourd'hui et je ne vois pas franchement François Hollande partir si c'est pour être éliminé au premier tour".

L'élu demeure ainsi confiant en les chances du ministre de l'Économie de parvenir à s'illustrer lors de la présidentielle, s'il décidait finalement de suivre cette voie : "Des personnalités comme Emmanuel Macron qui ont de l'originalité, de la fraîcheur, qui présentent quelque chose de nouveau dans la politique peuvent effectivement faire entendre leur voix".

Crédits photos : Capture écran

Partager cet article

Pour en savoir plus