Emmanuel Macron a encore la confiance de François Hollande

Par , publié le
Politique François Hollande sur Europe1 le 17 mai 2016
François Hollande sur Europe1 le 17 mai 2016

Invité mardi d'Europe1, François Hollande a signifié qu'il accordait encore sa confiance à Emmanuel Macron, en dépit d'apparentes intentions du ministre de l'Économie de se détacher de la politique du gouvernement.

Mardi, le président de la République François Hollande était présent au sein des locaux d'Europe1 dans le cadre d'une matinée spéciale.  Y ont notamment été évoqués les sujets du 49.3, de son "ça va mieux" et également des récents agissements d'Emmanuel Macron.

Pour rappel, le ministre de l'Économie a lancé, il y a de cela quelques semaines, le mouvement En marche !, une initiative qui n'a pas manqué de faire parler, à la fois du côté des médias et de celui de la classe politique. Fin avril, M. Macron aura d'ailleurs déclaré ne pas être satisfait avec la gauche actuelle.

Hollande sur Macron : "ce que je lui demande, et il le fait"

Interrogé sur son ministre, l'exécutif a répondu qu'il lui a "fait confiance, parce que je considère que c'est un principe dans la vie". Repris dans la foulée pour avoir employé un temps du passé, traduisant ainsi possiblement une confiance perdue, M. Hollande a rejeté cette hypothèse :

"Non, il était mon conseiller, je l'ai nommé ministre, et je lui ai confié des responsabilités. Et donc, ce que je lui demande, et il le fait, c'est de mettre en œuvre cette politique, c'est de promouvoir cet engagement en faveur de l'économie, des entreprises, de la technologie, des startups, puisque c'est son domaine de compétence. Après, s'il veut développer ses idées, il en a le droit, mais dans le cadre de ce qui doit être fait, comme pour tout ministre, c'est-à-dire la solidarité gouvernementale."

"S'il n'avait pas ma confiance, il ne serait pas au gouvernement"

N'ayant pas répondu si oui ou non, il avait toujours confiance en son ministre de l'Économie, François Hollande a une nouvelle fois été appelé à clarifier sa position sur cette question. Et de s'y être plus ou moins employé : "S'il n'avait pas ma confiance, il ne serait pas au gouvernement."

Crédits photos : capture d'écran Dailymotion

Partager cet article