"Éloge de la Gestapo" : Montebourg remporte son procès face à Le Pen

Par , publié le | modifié le
Politique Arnaud Montebourg
Arnaud Montebourg

Accusé d'avoir diffamé l'ex-président du Front national Jean-Marie Le Pen, l'ancien ministre Arnaud Montbourg a finalement obtenu gain de cause mardi devant le tribunal correctionnel de Paris.

Mardi, le tribunal correctionnel de Paris a rendu son verdict sur le procès en diffamation intenté à Arnaud Montebourg, ainsi accusé d'avoir attribué à Jean-Marie Le Pen des propos faisant "l'éloge de la Gestapo". Et la justice d'avoir donné raison à l'ex-ministre du Redressement productif.

Le 23 février 2014, Arnaud Montebourg débattait avec Marine Le Pen dans le cadre de sa campagne pour les municipales. Il avait alors souligné à son interlocutrice que le père de cette dernière avait eu des déclarations discutables par le passé sur la Seconde Guerre mondiale : "Moi je n'oublie pas que le président d'honneur du FN a fait il y a quelques années l'éloge de la Gestapo et de l'occupation allemande".

Procès en diffamation de Montebourg : Le Pen condamné

L'ex-député de Saône-et-Loire se référait ainsi aux mots employés en 2005 par l'ex-président du Front national sur l'occupation allemande. Laquelle, selon M. Le Pen, ne serait pas apparue "particulièrement inhumaine" en France, "même s'il y eut des bavures, inévitables dans un pays de 550.000 kilomètres carrés".

No confrères du Parisien rapportent que les juges de la 17e chambre chargés des affaires de presse ont retenu "l'exception de vérité" dans ce dossier, une décision peu courante. Et le tribunal, ayant au passage observé une "mauvaise foi" chez Jean-Marie Le Pen, a condamné ce dernier à verser 3.000 euros à Arnaud Montebourg pour procédure abusive.

La "bonne foi" de l'ex-président du FN mise à défaut

On nous précise enfin qu'en règle générale, un procès en diffamation arrive à son terme une fois qu a été confirmée ou infirmée la "bonne foi" de l'auteur des propos incriminé. En d'autres termes, la justice ne peut se reposer sa décision qu'après examen des éléments sur lesquels s'est basé l'accusé pour tenir ses déclarations.

Et dans le cas d'Arnaud Montebourg, l'ancien ministre a produit plusieurs décisions de justice ayant finalement amené le tribunal a valider la véracité de ses propos.

Crédits photos : © Pascal Potier (Visual Press Agency) pour Public Sénat/Phototélé

Partager cet article