Egypte : une bombe tue 6 personnes près des hôtels à touristes

Par , publié le
International Le Caire en Egypte. Image d'illustration.
Le Caire en Egypte. Image d'illustration.

Lors d'une descente de la police dans un appartement du Caire qui servait de cache pour des islamistes, une bombe a explosé alors que les policiers tentaient de la désamorcer.

Hier, les forces de police du Caire en Egypte, ont fait une descente dans un appartement qui servait de cache à des islamistes. Ils ont trouvé plusieurs bombes artisanales. Alors que les artificiers tentaient de désamorcer une bombe, celle-ci a explosé tuant six personnes et en blessant quinze autres. L'appartement où l'explosion a eu lieu se situe dans le quartier Al-Haram près des principaux hôtels touristiques de la capitale égyptienne et qui accueille les voyageurs désireux de visiter les pyramides toutes proches. Ce quartier avait déjà par le passé fait l'objet d'attaques.

La menace des frères musulmans

A quatre jours seulement du cinquième anniversaire de la révolte qui avait conduit à la destitution de l'ancien président Hosni Moubarak, la police a mené un raid dans un appartement qui servait de cache aux Frères musulmans, considérés comme groupe terroriste.

La police précise que le ministère de l'intérieur avait été alerté par des informations "selon lesquelles des membres des Frères musulmans se préparaient à mener des actes hostiles dans les prochains jours, avec utilisation d'explosifs et de bombes artisanales".

Le raid sanglant des forces de police

C'est en tentant de désamorcer l'une des bombes artisanales trouvées dans l'appartement que les artificiers de la police ont déclenché l'explosion. La déflagration a endommagé une partie de l'immeuble et tué six personnes. Le dernier bilan indique que trois policiers ont laissé leur vie ainsi qu'un civil et deux personnes pas encore identifiées. Une quinzaine de personnes ont par ailleurs été blessées par l'explosion.

L'Egypte est confrontée depuis plus de deux ans à des vagues d'attentats terroristes visant tout particulièrement les forces de l'ordre. Les autorités imputent, pour la plupart, ces attaques aux Frères musulmans même si l'Etat Islamique en a revendiqué plusieurs. Les Frères musulmans sont toujours restés fidèles au président Morsi qui avait été destitué en 2013 par l'armée. L'organisation est désormais interdite et considérée comme terroriste.

Partager cet article

Pour en savoir plus