E-cigarette : finalement moins nocive que la cigarette classique ?

Par , publié le
Santé
Photo d'illustration. Une femme vapotant avec sa e-cigarette.

Une étude britannique révèle que l'e-cigarette, ou cigarette électronique, se veut moins toxique que la cigarette combustible classique, des substances cancérigènes apparaissant ainsi en bien plus faible quantité chez les vapoteurs.

Quelle idée définitive peut-on se faire de l'e-cigarette, ou cigarette électronique, que l'on nous présentait d'abord comme une alternative plus saine à la cigarette traditionnelle ? Quelque temps après sa mise en circulation, des études ont commencé à écorner son image, pour quasiment amener l'e-cigarette au même niveau que son équivalent traditionnel.

En décembre dernier, un rapport du Médecin en chef des États-Unis alertait les Américains sur le fait "que les cigarettes électroniques sont dangereuses pour les adolescents et les jeunes adultes". Précisons que la dangerosité mentionnée dans ce document concernait le tabac dans sa globalité.

Une étude britannique se révèle en faveur de l'e-cigarette

Et une nouvelle étude, publiée il y a quelques jours dans la revue médicale Annals of Internal Medicine, de révéler que  l'e-cigarette est finalement moins nocive que la cigarette combustible traditionnelle. Pour parvenir à cette conclusion, des chercheurs britanniques ont sollicité 181 fumeurs et se sont intéressés de près à des échantillons de leur urine et de leur salive.

Le but de ces scientifiques, rechercher les principales substances toxiques du tabac et comparer les taux, comme le rapporte 20minutes.fr. Les volontaires ont été classés dans cinq catégories : les fumeurs classiques, ceux qui y ajoutent des substituts nicotiniques, les fumeurs combinant cigarette traditionnelle et électronique, ceux qui ont arrêté le tabac et se contentent de substituts nicotiniques et les vapoteurs.

Une double-consommation pertinente ?

Les chercheurs se sont principalement aperçus que la proportion de nitrosamines, composés chimiques et cancérigènes jouant un rôle dans le cancer du poumon, était 97% moins importante chez les vapoteurs que chez les fumeurs classiques. Autre observation, celle d'un taux de nicotine semblable entre e-cigarette et cigarette traditionnelle. Enfin, les scientifiques ont découvert que selon que l'on ne fume que du tabac traditionnel ou qu'on le combine à une consommation d'e-cigarette, les substances toxiques et cancérigènes restent plus ou moins au même taux.

Pour le professeur Bertrand Dautzenberg, pneumologue à la Pitié-Salpêtrière, "cela montre que le double usage cigarette électronique et tabac n'a aucun intérêt sur le plan toxique. Mais cette combinaison peut cependant avoir des effets positifs si elle permet d’accompagner le fumeur sur le chemin de l’arrêt du tabac". Le praticien aura au passage précisé le caractère exceptionnel de l'étude, qui a ainsi été conduite "en conditions réelles, avec de vrais fumeurs" et non en laboratoire.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus