Dunkerque : arrestation d'un marin pêcheur suspecté d'être un passeur de migrants

Par , publié le
France Port de Dunkerque
Port de Dunkerque

Lundi, la Police aux frontières a arrêté un marin pêcheur de Dunkerque soupçonné d'avoir illégalement aidé des migrants à rejoindre l'Angleterre à l'aide de cinq autres complices.

Une source judiciaire a communiqué en ce mercredi sur l'arrestation, intervenue lundi, d'un marin pêcheur de Dunkerque âgé d'une vingtaine d'années. Le jeune homme a ainsi été appréhendé par la Police aux frontières (PAF) pour des soupçons d'appartenance à un réseau faisant illégalement passer des migrants de France vers l'Angleterre. De "fortes sommes d'argent" ont par ailleurs été saisies durant l'intervention de la PAF.

À noter que le marin pêcheur était accompagné de deux ressortissants vietnamiens et trois Albanais. Nos confrères de Francetv info rapportent également que cinq autres arrestations ont eu lieu pour tout autant de complices présumés du marin pêcheur. La Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Lille a fait savoir que ces cinq individus sont actuellement en garde à vue en attendant une éventuelle mise en examen vendredi.

Migrants : un passeur et cinq complices présumés arrêtés à Dunkerque

Le matin pêcheur, nous dit-on, se livrait "depuis plusieurs mois" à des aller-retours sur un bateau de type Zodiac, capable d'accueillir une dizaine de migrants dans le cadre de "passages de type garanti" dont le montant des factures était compris "entre 10.000 et 12.000 euros". Les traversées s'effectuaient de nuit de Dunkerque sur une distance de 90 kilomètres, avant que les migrants ne soient déposés sur une plage anglaise. La source de la Jirs citée par Francetv info témoigne d'une première : "C'est la première fois que nous avons à faire à ce type d'affaire avec un individu, qui plus est français, qui organise de telles traversées."

Des passages facturés jusqu'à 12.000 euros

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve était l'invité ce matin d'Europe1. Interrogé sur le sujet, il a cependant refusé d'y réagir : "C'est une affaire que je ne commenterai pas car nous venons de procéder il y a quelques heures aux arrestations." Le ministre a néanmoins rappelé le bilan des autorités depuis janvier sur la problématique de ce genre de réseaux : "Nous avons depuis le début de l'année démantelé un très grand nombre de filières [...] En France c'est près de 200 filières qui ont été démantelées représentant 3.000 individus et dans le Calaisis c'est une trentaine de filières, qui représentent 700 individus."

Crédits photos : Elisa Locci / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus