Drogues : le rapport annuel de l'ONU pointe moins d'opium, mais autant d'héroïne

Par , publié le
International Illustration. Un sachet de drogue.
Illustration. Un sachet de drogue.

L'Office des Nations unies contre la drogue et le crime pointe dans son rapport annuel une diminution de la production d'opium, mais une héroïne qui poursuite sa présence sur le marché.

L''Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), qui est rattaché à l'ONU, a publié son rapport annuel concernant l'année 2015. Après une année précédente record pour l'opium, la production mondiale a perdu un tiers de son poids.

Cette relative bonne nouvelle est à pondérer avec le fait que l'héroïne, pour sa part, bénéficie de stocks importants et poursuit sa présence sur le marché des drogues.

Les mauvaises récoltent freinent l'opium

C'est donc une "très fort baisse" qui est relevée par l'ONUDC. Equivalente à -38% par rapport à 2014, la raison de cette chute est à chercher du côté des récoltes, qui ont été mauvaises en Afghanistan. Le poids de ce pays sur le marché, qui est de 85% de la production mondiale, explique cette forte baisse. La production est passée 4.770 tonnes (7.730 tonnes en 2014, année record depuis les années 1930).

Cependant, d'"importantes pénuries" ne sont pas à l'ordre du jour, les stocks des années précédentes étant toujours très importantes.

"Il y a toujours autant d'héroïne sur le marché"

Pour Angela Me, co-auteure du rapport, "Il y a toujours autant d'héroïne sur le marché, et il n’y a aucune raison de penser que la production d’héroïne en Afghanistan soit affectée dans la durée". Et à l'avenir ? L'ONUDC indique qu'il faudrait plusieurs années consécutives de baisse des récoltes du pavot pour que la pénurie apparaisse.

Enfin, ce rapport tient à également alerter sur le nombre croissant de morts aux Etats-Unis, dues à la circulation sur le marché d'héroïne de mauvaise qualité. Les cas d'overdose y ont doublé entre 2021 et 2014, pour atteindre 10.800 décès.
Les observateurs s’inquiètent encore d’une possible hausse du commerce de cette drogue à destination du marché européen, en raison du nombre important de saisies réalisées par les douanes françaises ou italiennes.

Crédits photos : Sinisa Botas/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus