Douvres : 15 heures d'embouteillage pour rentrer en France

Par , publié le
France Un embouteillage sur l'A6 au sud de Paris, le 3 juillet 2015
Un embouteillage sur l'A6 au sud de Paris, le 3 juillet 2015

À cause de contrôles renforcés aux frontières, l’accès à la France est compliqué et engendre des bouchons monstrueux à Douvres.

La deuxième vague de départ en vacance d’été s’apprête à déferler dans l’Hexagone et, comme pratiquement chaque année, les traditionnels bouchons seront de la partie.

Cette année, le point le plus chaud se situera très certainement à Douvres où le renforcement des contrôles de sécurités pour rentrer sur le territoire français provoque des embouteillages monstres.

15 heures pour rentrer en France

Les images ont fait le tour des médias britanniques. Depuis 3 jours, les nombreux automobilistes qui souhaitent rejoindre les routes françaises doivent s’armer de patience.

Le renforcement des contrôles de sécurité pour entrer en France, notamment au port de Calais, à la suite des récents attentats en France. Un afflux d’automobilistes que peine à résorber la police aux frontières qui doit faire face à un « grave manque d’effectif » selon un communiqué de la police du Kent.

La question du Brexit

Sur Twitter, de nombreux vacanciers bloqués à la frontière témoignent de leur calvaire. Certains s’agacent fortement de la situation, déplorant notamment le manque d’informations données par les autorités. D’autres, comme ce chanceux chauffeur de van tout équipé, en profité pour se concocter un petit repas !

Après des heures de blocage sous une forte chaleur, les volontaires de l’organisation humanitaire Khalsa Aid ont distribué près de 6000 bouteilles d’eau à ces naufragés de la route. Dans les prochains jours, des policiers britanniques devraient être dépêchés pour aider leurs collègues français afin de résorber les bouchons. Voilà qui pose en tout cas la question de la régulation du trafic aux frontières alors que le Royaume-Uni a voté le 23 juin dernier pour une sortie de l’Union européenne.

Crédits photos : © AFP/Archives THOMAS SAMSON

Partager cet article

Pour en savoir plus