Donald Trump rappelle tous les ambassadeurs nommés par Barack Obama

Par , publié le
International
Donald Trump, 45e président des États-Unis

Le président-élu des États-Unis Donald Trump a appelé les ambassadeurs américains nommés par Barack Obama à quitter leurs fonctions au plus tard le jour de son investiture.

Les États-Unis s'apprêtent à changer définitivement de tête, soit la suite logique à l'élection présidentielle de novembre dernier ayant fait de Donald Trump le successeur légal de Barack Obama. Mais l'on ne s'attendait pas forcément à ce que le politicien républicain impose sa marque aussi rapidement.

On apprend ainsi que Donald Trump a fait parvenir aux ambassadeurs américains nommés par son prédécesseur une lettre de fin de mission, les appelant ainsi à quitter leurs fonctions au plus tard le 20 janvier prochain. Une date correspondant au jour de l'investiture du 45e président des États-Unis.

Ambassadeurs nommés par Obama : rappels sans exception

D'après ce que rapporte le New York Times sur la base d'un document du ministère américain des Affaires étrangères, Donald Trump aurait signifié qu'"aucune exception" ne sera observée. Une précision notable car il est de coutume que les ambassadeurs nommés par le président sortant bénéficient d'une période de temps permettant notamment à leurs enfants de terminer leur année scolaire dans la même école.

Avec le nouveau président, la rupture se voudra cependant brute. Plusieurs ambassadeurs américains, incluant celui au Canada Bruce Heyman, se sont déjà exécutés, quand d'autres souhaitent ne pas quitter le pays dans lesquels ils étaient jusqu'alors en poste. Des demandes de visa ont ainsi été effectuées à ce titre.

Pas de mauvaise volonté de Trump selon un haut responsable

Toujours selon le New York Times, qui s'appuie ici sur les propos tenus par un haut responsable de la transition Trump, ce rappel massif ne serait animé par aucune volonté malveillante mais plutôt par une intention de respecter les délais pour les élus d'Obama.

Certains ambassadeurs nourrissent pourtant la crainte que de cette décision ne découle une situation de sièges vides des mois durant dans plusieurs nations dites stratégiques, le temps que le Sénat ne valide de nouveaux noms.

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article