Donald Trump et les musulmans : l'heure est à la modération

Par , publié le
International Le candidat républicain Donald Trump.
Le candidat républicain Donald Trump.

Il semblerait que la candidat républicain à la course à la Maison-Blanche ait renoncé à son idée d'interdire à tous les musulmans l'entrée sur le sol des Etats-Unis.

Donald Trump est-il en passe de modérer ses attaques contre la communauté musulmane ? C'est ce qu'affirme la chaîne CNN, qui cite plusieurs sources issues de son équipe de campagne. Et pas des moindres, puisque la première d'entre elles, sa porte-parole Katrina Pierson, a déclaré que la candidat "allait affiner sa stratégie".

Trump devrait dégrossir sa déclaration la plus polémique

Le candidat républicain avait provoqué la polémique en proposant l'interdiction d'entrée sur le territoire américain tous les musulmans, "jusqu'à ce que les dirigeants de la nation aient pu comprendre ce qui se passe". Mais encore, au lendemain de la tuerie d'Orlando, cette "fermeture totale des frontières" s'élargissait aux ressortissants "issus de zones du monde qui ont un passé démontré de terrorisme contre les Etats-Unis".

Désormais, c'est son attachée de presse, Hope Hicks, qui indique au média américain que cette interdiction ne viserait que les citoyens de pays qu'il qualifie d'"Etats terroristes". Quant à Steven Mnuchin, qui tient les cordons de la bourse de sa campagne, il insiste pour dire que "Tout cela est une question de terrorisme, pas de religion". Même son de cloche quand, alors qu'il se rendait en Ecosse, un journaliste lui a demandé si un Ecossais musulman souhaitait s'installer aux Etats-Unis : "Cela ne me dérangerait pas, cela ne me dérangerait pas", répétait alors Mnuchin.

De moins bons sondages, une raison pour mettre de l'eau dans son vin ?

Pourquoi une telle inflexion ? D'abord, ces prises de position très fermes envers les musulmans ont choqué, et choquent encore, beaucoup d'élus dans le propre camp de Donald Trump. Ensuite, les derniers sondages se montrent moins favorables au milliardaire. L'un d'eux, effectué par le Washington Post et ABC, voit ainsi Hillary Clinton l'emporter avec 10 points d'avance. Et près de 2 citoyens sur 3, toujours d'après ce récent sondage, affirment se sentir mal à l'aise en imaginant qu'il devienne leur président pour 4 ans.

Crédits photos : Christopher Halloran / Shutterstock.com

Partager cet article