DMLA : autorisation d'un nouveau traitement peu coûteux

Par , publié le | modifié le
Santé
Oeil

Le gouvernement vient de donner son feu vert à la commercialisation d'un traitement contre la DMLA présentant l'avantage d'être peu onéreux, en plus d'afficher une efficacité semblable au précédent.

La dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) désigne une maladie de la rétine provoquant une perte sensible de la vue, sans toutefois la supprimer totalement. Comme son nom l'indique, ses probabilités d'apparition augmentent avec l'âge, au plus tôt vers 50 ans.

Il y a un peu plus d'un mois, on apprenait qu'un Britannique de 80 ans souffrant de DMLA venait de se voir implanter un œil bionique. Une intervention chirurgicale ayant permis à cet octogénaire de retrouver une vue honnête, mais son cout élevé (115.000 euros rien que pour l'œil bionique) ne peut raisonnablement pas permettre à cette méthode de se prétendre accessible à tout un chacun.

Traitement contre la DMLA : le gouvernement dit oui à l'Avastin

Il existe cependant des traitements moins coûteux, même si les frais engendrés n'ont rien de réellement anodin. Nos confrères de Francetv info rapportent ainsi le témoignage de Jacqueline, atteinte de DMLA depuis 23 ans. Pendant six ans, elle a eu droit à des injections directement effectuées dans l'œil. Un traitement onéreux à raison de 900 euros pour chaque piqure, bien que remboursé à 100% par la Sécurité sociale.

Des économies pour la Sécurité sociale

Les personnes souffrant de DMLA (1,5 million rien qu'en France) vont toutefois bientôt pouvoir se tourner vers un traitement encore moins impactant pour les bourses, le gouvernement venant ainsi de valider la mise en vente de l'anticancéreux Avastin. Ce dernier présenterait ainsi une efficacité toute aussi grande pour une attrayante facturation de 10 euros. Michel Pâques, ophtalmologue au CHNO des Quinze-Vingts, a déclaré sur le sujet que "de larges études cliniques ont confirmé l'efficacité similaire de ces deux molécules". La prescription de l'Avastin, appelée à permettre de sensibles économies du côté de la Sécurité sociale, pourra s'opérer à compter du 1er septembre prochain.

Crédits photos : Marek Velechovsky/Shutterstock.com

Partager cet article