Le diplôme de danse Hip Hop créé la polémique

Par , publié le
Culture Un danseur hip hop
Un danseur hip hop

Le ministère de la Culture cherche à créer un diplôme d’interprète de danse hip-hop. Une décision qui ne fait pas forcément l’unanimité dans le milieu.

C’est presque un cliché, mais le hip-hop sous toutes ses formes a toujours du mal à rentrer dans certains cadres. Donc autant dire que la création d’un diplôme d’interprète pour la danse hip-hop par le ministère de la Culture n’a pas forcément été accueillie à bras ouverts par le milieu.

De nombreux danseurs hip-hop craignent que la création d’un tel diplôme ne fasse que formater une discipline basée avant tout sur la créativité.

Un manque de concertation

Selon Anne Nguyen, fondatrice de la Compagnie par Terre en 2005, le dépôt du projet de diplôme initialement prévu pour le 15 décembre au Conservatoire de Lyon intervenait bien trop tôt, d’autant plus que les institutions proche du monde du hip-hop indiquent qu’elles n’ont été assez concertées dans ce projet.

« Le calendrier prévoyait une maquette pour le 15 décembre et une décision d’habilitation en juin 2016. Beaucoup se sont sentis exclus de ce processus trop rapide », explique Anne Nguyen à l'AFP dans des propos repris par Le Figaro.

La crainte d’un formatage

« Le hip-hop est une danse jeune, très diverse, où on doit inventer son propre style. On risque de figer cette pratique en constante évolution » conclut-elle, craignant un formatage de la discipline.

D’autres voix qui portent dans le domaine ne seraient pas contre un diplôme d’interprète du hip-hop. C’est notamment le cas de Mourad Merzouki, directeur du Centre Chorégraphique national de Créteil (CCN) et Kader Attou, à la tête du CCN de La Rochelle qui sont eux clairement favorable à l’instauration d’un diplôme, à l’instar de ce qui se fait dans danse contemporaine, le classique et le jazz.

Le débat risque d’être long, car il existe de nombreuses voix discordantes dans le domaine du hip-hop pour l’instauration de cette formation diplômante. Il faudra ensuite parvenir à un accord avec le ministère pour en définir le cadre. Un ministère qui se veut confiant et espère aboutir à un accord définitif pour la rentrée 2016-2017.

Crédits photos : Sry85 / Wikimedia Commons

Partager cet article