Dijon : Campagne de vaccination exceptionnelle après les cas de méningite mortelle

Par , publié le
Santé
Photo d'illustration. Une seringue.

Après la découverte de 3 cas de méningite, dont 2 mortels, l'ARS a décidé de lancer une campagne de vaccination à grande échelle sur le campus universitaire de Dijon.

Depuis quelques semaines, l’inquiétude règne sur le campus de l’Université de Dijon. La raison ? La découverte de 3 cas de méningite chez des étudiants dont deux se sont révélés mortels.

Afin de lutter contre la propagation de l’épidémie, l’Agence Régionale de Santé (ARS) de Bourgogne–Franche-Comté vient d’annoncer la mise en place d’une campagne de vaccination d’une ampleur exceptionnelle.

30 000 personnes concernées.

L’annonce a été publiée sur le site internet de l’ARS Bourgogne–Franche-Comté. Après avoir mis en place une campagne de traitement à destination des personnes entrées en contact avec les malades, l’organisme a décidé de vacciner l’ensemble des étudiants et du personnel du campus.

Au total, ce sont 30 000 personnes qui seront concernées par cette campagne de vaccination à grande échelle. Pour l’ARS, l’objectif est de stopper la propagation de la bactérie qui a déjà coûté la vie à deux étudiants. Une propagation qui se fait par la salive.

Méningocoque de type W135

La bactérie qui sévit actuellement sur le campus de Dijon est un méningocoque de type W135, une souche particulièrement rare apparue au début des années 2000 , mais également très virulente. Cependant, la bactérie est fragile et ne survit pas dans l’environnement et ne nécessite donc pas de désinfection des locaux.

La campagne de vaccination débutera dès ce mardi 3 janvier 2017 qui marque la rentrée universitaire sur le campus après les vacances de Noël. L’ARS rappelle également que la méningite se traduit par une fièvre, des maux de tête, une raideur de nuque accompagnée de vomissements et une gêne à la lumière. D’autres signes, en particulier digestifs ou articulaires, peuvent survenir, ainsi que l’apparition de taches rouges sur le corps.

Crédits photos : MorgueFile

Partager cet article