Dieudonné : levée de la suspension de son spectacle à Limoges

Par , publié le | modifié le
France Dieudonné
DIeudonné, sur scène lors d'un spectacle.

Le spectacle de Dieudonné aura bien lieu. Le tribunal administratif a annulé l'arrêté municipal du maire de Limoges.

Dieudonné pourra bien se produire à Limoges. L’humoriste est attendu dans le Limousin le 13 juin prochain malgré un arrêté municipal pris par le maire Emile-Roger Lombertie. Ce dernier invoquait "des risques sérieux de troubles à l’ordre public", ajoutant que "la liberté d’expression ne saurait justifier l’antisémitisme, le racisme, le négationnisme, l’appel à la haine et l’apologie du terrorisme, qui constituent des délits sanctionnés par le Code pénal".

Mais ce lundi, le tribunal administratif de Limoges a invalidé l’arrêté d’Emile-Roger Lombertie, ce qui devrait permettre à Dieudonné de présenter son spectacle dans la ville. Apprenant la décision du maire UMP le 27 mai dernier, l’humoriste avait déposé un référé pour demander la suspension de cet arrêté municipal.

La mairie de Limoges ne fera pas appel

Contactée par l’AFP, la mairie de Limoges a indiqué qu’elle ne ferait pas appel de cette décision, laissant donc la possibilité à Dieudonné de se produire. Le maire jugeait que cet arrêté était nécessaire pour la ville "au regard de son passé marqué par les massacres perpétrés par les nazis en Limousin (...), comme de son attachement aux valeurs républicaines, de se garantir contre toute atteinte à ces valeurs".

La mairie de Limoges s’était déjà opposée à Dieudonné

La mairie de Limoges n’en est pas à son coup d’essai contre Dieudonné. En 2013, l’ancien maire PS Alain Rodet s’était également opposé à l’humoriste pour son spectacle Le mur, qui avait à l’époque créé la polémique concernant des propos à l’encontre de l'animateur Patrick Cohen. Là encore, le spectacle avait pu se tenir, mais dans une version plus édulcorée. Au même moment, la mairie organisait une contre soirée intitulée "nocturne républicaine" réunissant des associations, ou encore des militants des droits de l'homme.

Partager cet article

Pour en savoir plus