Diabète : une surmortalité qui ne se dément pas en France

Par , publié le
Santé
Une personne relevant son taux de sucre.

En dépit d'un meilleur contrôle de leur diabète, la surmortalité demeure en France chez les personnes atteintes de cette maladie chronique.

On peut choisir de voir de plusieurs manières le dernier Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (BEH) en date dressé par Santé Publique France. En optant pour le verre à moitié plein, il apparaît en lettres capitales que les malades du diabète en France contrôlent mieux leur maladie.

En préférant en revanche le verre à moitié vide, le constat prédominent est celui d'une surmortalité en recul mais toujours présente. Les résultats délivrés dans ce BEH se basent sur les données de deux cohortes lancées en 2001 et en 2007, lesquelles ont chacune respectivement suivi 8.400 et 5 800 patients cinq ans durant.

Surmortalité liée au diabète : en recul mais toujours présente

Comme le rapportent nos confrères de Pourquoi Docteur ?, la glycémie se veut mieux contrôlée depuis 2001, et une semblable observation d'avoir été émise pour la pression artérielle et le "mauvais" cholestérol, que les personnes diabétiques gèrent en effet de manière plus maîtrisée depuis une dizaine d'années.

La mortalité s'est par conséquent révélée moindre entre les deux cohortes, 17,7% des patients de la première ayant perdu la vie contre 15% dans la suivante. Un recul qui s'explique entre autres par une intensité plus prononcée des traitements antidiabétiques et des facteurs de risque bien mieux pris en charge.

Les femmes sensiblement plus exposées

On apprend au passage que la surmortalité est sensiblement plus élevée chez les femmes (51% contre 34% chez les hommes), même si la tendance de ce chiffre est elle aussi à la baisse. Sandrine Fosse-Edorh, spécialiste du diabète et coordinatrice de programmes à Santé Publique France, l'explique d'ailleurs en partie par le fait qu'"une diminution de la mortalité cardiovasculaire globale s’observe en population générale au cours des dernières décennies".

Les pathologies conduisant le plus fréquemment à des décès chez les diabétiques sont les maladies cardiovasculaires et les cancers. L'obésité et le tabagisme se trouvent également être des facteurs non négligeables dans la mortalité liée au diabète.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article