Deux-Sèvres : un nourrisson découvert sans vie dans un camion-poubelle

Par , publié le
Faits Divers
Un bébé (photo d'illustration)

Lundi matin dans les Deux-Sèvres, le corps sans vie d'un nourrisson a été découvert dans un camion-poubelle. Son autopsie sera réalisée dans le courant de l'après-midi.

Le drame ne s'explique toujours pas. Lundi matin dans la commune de  Saint-Maixent-l'École (Deux-Sèvres), le corps sans vie d'un nourrisson a été découvert à l'intérieur d'un camion-poubelle. Il est aux alentours de 8h00 et, comme chaque semaine, le camion du Syndicat mixte à la carte (SMC) se livre à sa tournée de ramassage des ordures ménagères.

La Nouvelle République rapporte qu'au bout d'une voie pavillonnaire, le regard de l'un des rippeurs est attiré par une présence insolite à l'intérieur de la benne d'un camion de répurgation. Il semblait s'agir d'un corps, et les gendarmes de la commune d'avoir été rapidement alertés dans le but d'une intervention.

Bébé retrouvé mort dans une benne : une autopsie ordonnée

Sur place, les autorités immobilisent le poids lourd et font isoler la zone. L'équipe départementale des techniciens en investigation criminelle arrive ensuite pour effectuer les premiers relevés matériels, lesquels seront transmis aux enquêteurs dans le cadre de leurs investigations.

Ce n'est que plusieurs heures plus tard, par la déclaration de la substitut du procureur de la République de Niort Laurence Lepez, qu'il sera révélé que le corps retrouvé était celui d'un bébé : "Il s'agit du corps sans vie d'un nourrisson. Seule l'autopsie qui sera pratiquée ce mardi après-midi à Poitiers permettra d'en savoir plus sur les causes de la mort". Mme Lepez aura ajouté que "le médecin légiste de Poitiers s'est déplacé sur les lieux pour effectuer la levée du corps".

Des rippeurs qui ont repris le travail

C'est la section de recherches de Poitiers, en co saisine avec la brigade de recherches de Niort, qui a été chargée de mener l'enquête de flagrance appelée à établir les circonstances exactes du drame. Les gendarmes ont ainsi interrogé l'équipage du camion, un conducteur et deux rippeurs.

On apprend au passage que les responsables de cette tournée ont malgré tout désiré reprendre leur journée de travail, avant qu'un suivi psychologique ne leur soit proposé par la médecine du travail. Quant au camion, il a rejoint le centre de traitement des ordures ménagères vers 15h30, escorté par les gendarmes.

Crédits photos : Grzegorz Placzek/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus