Deux internautes sur trois subissent la censure de leur gouvernement

Par , publié le
Web
Photo d'illustration. L'application Messenger de Facebook.

Un rapport de l'organisation Freedom House pointe la pression accrue de certaines autorités sur la liberté liée à l'utilisation des réseaux sociaux et autres services de messagerie.

En 2016 la liberté sur Internet est encore sur le déclin, et pour la 6ème année consécutive si l'on en croit le rapport publié lundi par l'organisation Freedom House, basée à Washington.

Car si des gouvernements continuent de mettre la pression sur l'usage des réseaux sociaux, l'accès aux services de messagerie est désormais également partiellement restreint, voire intégralement censuré dans certains pays.

65 pays analysés, la Chine désignée comme le pire

Sanja Kelly, qui a dirigé l'étude, précise que les applications de messagerie telles WhatsApp et Telegram, "peuvent répandre des informations rapidement et de manière sécurisée et certains gouvernements trouvent ça menaçant".

Les pays du monde classés selon le degré de liberté sur Internet.

Les pays du monde classés selon le degré de liberté sur Internet.

Et comme en 2015, c'est la Chine qui présente le moins bon "score" de liberté pour les internautes. L'organisation américaine pointe la nouvelle loi qui fait peser sur les internautes chinois une peine de 7 ans de réclusion en cas de diffusion de rumeurs sur les réseaux sociaux, une accusation souvent utilisée à l'encontre des dissidents politiques. Syrie et Iran finissent de former ce podium.

La France, 9ème du classement

"Bien que le blocage de ces outils affecte tout le monde, il a un effet particulièrement négatif pour les défenseurs des droits de l'homme, les journalistes et les communautés marginalisées qui dépendent souvent de ces applications pour contourner la surveillance gouvernementale", indique encore Sanja Kelly à l'AFP.

La France jouit d'une bonne note parmi ces 65 pays représentant 9 internautes sur 10 dans le monde. Elle se classe 9ème, entre le Royaume-Uni et la Géorgie. En 2015, Freedom House avait dressé la liste de 15 nations dans lesquelles restriction ou interdiction des réseaux sociaux prévalaient. Désormais, leur nombre a été porté à 24. Du côté des améliorations, le Sri Lanka, la Zambie et... les Etats-Unis se distinguent. En revanche, la situation ne s'améliore pas en Ougada, Equateur ou encore au Cambodge.

Crédits photos : Jakraphong Photography / Shutterstock.com

Partager cet article