Paralysie : un curseur d'ordinateur déplacé par la pensée

Par , publié le | modifié le
Santé Des radiographies d'un cerveau (image d'illustration).
Des radiographies d'un cerveau (image d'illustration).

Deux personnes atteintes par la maladie de Charcot ont réussi à contrôler le curseur d'un ordinateur par la pensée. Cette prouesse a été rendue possible grâce aux recherches de scientifiques américains.

Deux patients atteints d'une sclérose latérale amyotrophique (SLA) également appelée maladie de Charcot, un mal qui mène inévitablement à la paralysie du malade, ont participé à une expérience menée conjointement par des chercheurs des universités de Stanford (Californie) et de Brown (Rhode Island) aux Etats-Unis.

Les scientifiques ont implanté un réseau d'électrodes dans le cortex cérébral des deux malades. Il s'agit de la partie du cerveau qui contrôle les mouvements. Les électrodes, connectées à un ordinateur, étaient en mesure de capter les signaux émis par le cerveau et de contrôler le mouvement du curseur d'une ordinateur.

Cette découverte est "une avancée vers l'un de nos buts ultimes qui est de permettre à un utilisateur (le patient, ndlr) de contrôler à volonté un ordinateur en déplaçant un curseur et en cliquant", explique Jaimie Henderson de l'université de Stanford.

Une autonomie accrue pour les paralysés ?

Ces progrès scientifiques vont servir de base pour développer des appareils contrôlés par la pensée des patients pour les aider à retrouver une autonomie dans certaines activités. Les chercheurs pensent ainsi que "les prothèses cérébrales ont le potentiel d'améliorer la qualité de vie des patients paralysés en traduisant l'activité du cerveau en signal informatique". A terme, ils espèrent que les patients pourront un jour contrôler de nouveau leurs membres par la pensée.

Cette technique n'est pas sans rappeler la prouesse réalisée par des scientifiques américains qui sont parvenus à faire marcher un paraplégique grâce à des électrodes placées sur ses genoux et reliées à un électroencéphalogramme. L'interface ainsi développée a permis à cet homme de 26 ans de marcher sur près de 4 mètres, après 19 semaines passées à s'entraîner mentalement à déplacer des objets dans un environnement virtuel.

En 2011, une technique similaire avait été développée. Mais l'avancée des chercheurs de Stanford et Brown donne un contrôle "plus rapide et plus précis" du curseur.

Vidéo : un pointeur d'ordinateur déplacé par la pensée

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article