Depardieu déclare ne plus se sentir appartenir à une France bientôt "peuplée d'imbéciles"

Par , publié le
People Gérard Depardieu
Gérard Depardieu

À l'occasion de la promotion de son livre "Innocent" en terre romaine, Gérard Depardieu a déclaré à un quotidien italien ne plus se sentir Français et que l'Hexagone est appelée, selon lui, à devenir "un Disneyland pour les étrangers, peuplé d’imbéciles".

Les distances prises par Gérard Depardieu avec la France ne sont pas du frais biscuit. Et le natif de Châteauroux aujourd'hui âgé de 67 ans d'apparaître toujours, voire plus, incisif avec l'Hexagone, comme cela a pu être récemment constaté lors de la promotion de son livre Innocent en Italie.

Dans un entretien accordé au quotidien Il Corriere della Sera, l'acteur, citoyen russe depuis 2013, a ainsi répondu à la question "Vous considérez-vous comme Français ?" que "non, je suis un citoyen du monde". Et d'ajouter qu'à son sens, "la France risque de devenir un Disneyland pour les étrangers, peuplé d’imbéciles qui font du vin et du fromage qui pue pour les touristes. Il n’y a plus de liberté, les gens sont manipulés".

France : "des politiciens ineptes" selon Depardieu

Gérard Depardieu poursuit sur sa vision de la France en abordant le sujet des impôts : "J‘ai payé 150 millions d’impôts et je devrais continuer avec 87% de mon revenu pour aider à rembourser la dette nationale des politiciens ineptes".

L'acteur se veut en revanche plus tendre avec l'Italie, un pays "jeune, né avec Garibaldi", "contrairement à la moitié de l’Europe qui avec la peur des migrants est devenue un peu fasciste".

Le cinéma autre que Hollywood "a du mal à exister"

Les États-Unis en prennent également pour leur grade, et plus spécifiquement leur cinéma. Pour Gérard Depardieu, le problème se situe autour d'un milieu accaparé par des films creux à grand spectacle : "Les gens, terrorisés par les Américains, ne savent plus quelle langue parler. Il y a dix stars et elles sont toutes américaines. Leurs films bourrés d’effets spéciaux sont des jeux, et le reste du cinéma a du mal à exister".

On se rappellera qu'il y a quelques mois de cela, l'ami cher de Vladimir Poutine avait asséné une critique quelque peu semblable à l'égard du Festival de Cannes : "[C'est une] hystérie collective complètement infertile [...] Aujourd'hui, le fric prend toute sa place, on est loin du cinéma. Cannes ne mérite pas ça".

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article