Dentiste : 45% des Français ne prennent pas rendez-vous

Par , publié le

Plus ou moins redouté, le rendez-vous chez le dentiste est finalement exclu pour 4 Français sur 10. Et l'Union française pour la santé bucco-dentaire de rappeler la nécessité de ne pas négliger cette prise en charge médicale.

45% des Français ne prennent pas rendez-vous chez le dentiste et préfèrent s'y rendre en cas d'urgence. Une attitude semblant toutefois présenter plus d'inconvénients que d'avantages. À l'occasion du cinquantième anniversaire de l'Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD), la présidente de l'association, le docteur Sophie Dartevelle, rappelle les bienfaits d'une prévention à ce niveau.

"Toutes les maladies bucco-dentaires comme la carie et les maladies parodontales (maladies de la gencive et de l'os) peuvent être totalement évitées grâce à un comportement adapté". Pour l'UFSBD citée par Le Figaro, il apparaît plus que nécessaire de poursuivre et d'appuyer la sensibilisation sur le sujet de l'hygiène dentaire : "Nous devons intensifier nos actions dans les écoles, former les personnels médico-sociaux pour qu'ils diffusent le message aux seins des maisons de retraite ou dans les centres pour personnes en situation de handicap".

Rendez-vous chez le dentiste : l'UFSBC prône la prévention

Le docteur Dartevelle a également souligné l'importance de s'adresser aux familles ne pouvant se permettre des soins dentaires. Notamment car ces derniers s'avèrent plus coûteux pour le patient en cas de prise en charge tardive, et de surcroît souvent à son entière charge. Alors que le soin d'une carie mineure, par exemple, est remboursé à 100%.

Hygiène bucco-dentaire : 36% des Français conscients des risques

Pour l'UFSCBC, les Français peuvent prétendre à une meilleure santé bucco-dentaire en se brossant les dents deux fois par jour au dentifrice fluoré (à raison d'un brossage de deux minutes), en se servant chaque soir d'un fil dentaire, en mangeant équilibré et en se rendant une fois par an chez le dentiste dans un cadre préventif.

Il s'avère enfin que seuls 36% des Français sont au courant des risques encourus par une mauvaise hygiène bucco-dentaire : problèmes cardiaques et articulaires ou encore une favorisation de l'entretien des maladies chroniques. La présidente de l'association ayant fêté son demi-siècle estime que "personne ne peut se déclarer en bonne santé s'il n'est pas en bonne santé bucco-dentaire. En ce sens, les recommandations d'hygiène dentaire sont de véritables recommandations de santé".

Partager cet article