Débris spatiaux : la mission japonaise de nettoyage a échoué

Par , publié le
Sciences
Illustration du dispositif KITE déployé sur le cargo japonais Kounotori

Lors de ce test, la tige de 700 mètres qui devait se déployer pour déplacer des débrits spatiaux n'a pas été en mesure d'accomplir sa tâche.

Au-dessus de nos têtes, ce sont plus des dizaines d'objets plus gros qu'un ballon qui flottent. Parmi ces détritus de l'espace, 10% seulement sont des satellites toujours en activité. Et il devient urgent de "nettoyer" autant que possible notre environnement spatial proche.

En décembre dernier, le vaisseau de ravitaillement Kounotori-6 de l'Agence spatiale japonaise JAXA s'était accroché à la station spatiale internationale (ISS) afin d'effectuer une mission particulière.

Objectif : déplacer les débris

Si l'espace n'est pas purgé, il pourrait être impossible d'y envoyer le moindre satellite d'ici à quelques décennies seulement. Car même avec un petit objet, une collision à grande vitesse pourrait occasionner de gros dégâts. D'où cette mission expérimentale japonaise qui devait consister à déployer une tige électrodynamique de 700 mètres à partir du cargo de ravitaillement.

Constituée de fils d'acier et d'aluminium, elle était censée déplacer certains de ces objets à l'aide d'effets électromagnétiques. Ainsi placés à des orbites plus basses, ils devaient ensuite "décrocher" et se consumer dans l'atmosphère terrestre.

"La longe ne s'est pas déployée"

Seulement, comme l'a indiqué la JAXA par le biais de l'un de ses chercheurs, "La longe ne s'est pas déployée. Il est bien sûr décevant de constater que nous avons terminé la mission sans atteindre un de ses principaux objectifs".

D'autres tests devraient être effectués, mais pas avant quelques années. A terme, de telles tiges pourraient équiper les satallites, afin que ces détritus encombrants et potentiellement dangereux soient rapidement mis hors d'état de polluer ou de nuire. Quant à la longueur des futures longes, elles pourraient atteintre cette fois 5 à 10 kilomètres.

Crédits photos : JAXA

Partager cet article

Pour en savoir plus