De moins en moins de spams parmi nos e-mails

Par , publié le
Web Photo d'illustration. Une femme stressée devant son ordinateur.
Photo d'illustration. Une femme stressée devant son ordinateur.

D'après l'éditeur de logiciels antivirus Symantec, les spams sont de moins en moins nombreux à polluer ou menacer nos données. S'ils sont encore utilisés, d'autres méthodes ont désormais la faveur des hackers.

N'aviez-vous pas remarqué, depuis quelques mois, voire plusieurs années, que le nombre de spams avait la (bonne) tendance de se faire moins présents parmi les e-mails que vous receviez ? Si tel est le cas, et même dans le cas contraire, c'est un fait bien réel.

Et c'est Symantec, société spécialisée dans l'édition de logiciels de sécurité qui l'affirme. Leur taux est en constante diminution.

Le taux le plus faible de spams depuis 2003

C'est donc un rapport de sécurité de Symantec daté du mois de juin qui le dit haut et fort : leur taux est passé sous la barre des 50% d'e-mails (49,7%). Soit, le taux le plus bas depuis 12 ans. Si l'on veut être encore plus précis, ils sont toujours aussi nombreux à arriver dans nos boîtes, mais les filtres ont au fil des années acquis une certaine dextérité à les repérer et les détruire à notre place. C'est ZDnet qui l'affirme, en précisant : "on peut évoquer les différentes initiatives prises par des acteurs tels que Google afin d’endiguer de manière automatique le flot de spam dont sont parfois victimes les utilisateurs de ses services".

De plus, ce sont les entreprises qui restent le plus touchées par les pourriels, le taux de spams restant au-delà de 50% (secteur minier en tête avec 56,1%) grâce aux tentatives de phishing qui ont toujours la cote parmi les hackers.

Les malwares de plus en plus utilisés

Bien entendu, une menace recule, une autre arrive. Et ce sont les malwares (maliciels en Français), ces logiciels malveillants qui deviennent l'outil préféré des hackers. En juin, rapporte Symantec, 57,6 millions d'entre eux ont déferlé sur les ordinateurs dans le monde.

Cependant, pour faire une analogie avec toute maladie infectieuse, ce n'est pas parce que la menace gronde moins fort qu'il faut abaisser sa vigilance. Avant d'opérer l'ouverture d'un e-mail, il convient d'être soupçonneux pour le bien de vos données ou de votre matériel.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article