3 supporters de l'OM écopent de peines de prison ferme

Par , publié le | modifié le
Foot Illustration. Le Stade Vélodrome avant sa rénovation, ici en 2007.
Illustration. Le Stade Vélodrome avant sa rénovation, ici en 2007.

Mardi, la justice a vite réagi après les incidents qui ont émaillé l'avant-match OL-OM. Un match qui a lui-même dû être interrompu pendant une vingtaine de minutes par l'arbitre de la rencontre après des jets de bouteille sur le stade.

Les développements du match ayant opposé dimanche l'Olympique lyonnais à l'Olympique de Marseille n'en finissent plus d'ébranler le monde du foot en France. Mardi soir, 3 supporters de l'OM ont écopé de peines de prison ferme allant de 4 à 6 mois. Retour sur les faits.

Des mois de prison ferme pour 3 supporters de l'Olympique de Marseille

Les faits en question se sont produits en marge du match, avant le début de celui-ci. France Inter, qui rapporte l'application des sanctions que nous venons de décrire, évoque le chef de "violences volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique avec armes par destination et à l'occasion d'une rencontre sportive". En l'espèce, ces violences avaient pris la forme de jets de projectiles.

Ces trois peines de prison sont également assorties, et plutôt logiquement, d'interdictions de stade d'une durée de 2 ans. Nous apprenons également que les personnes incriminées appartiennent au groupe Ciel et Blanc, du nom des couleurs traditionnelles du club.
Courant octobre, 2 autres supporters doivent aussi comparaître pour des faits équivalents.

Quelles sanctions pour l'OM ?

Dimanche, pendant la rencontre cette fois, des jets de projectiles (dont beaucoup de bouteilles vides) venant des tribunes du stade de la cité phocéenne avaient obligé l'arbitre à interrompre la rencontre pendant 20 bonnes minutes. Et cela, sans parler de l'effigie de Mathieu Valbuena, qu'on a pu voir dans les travées, pendu à une potence (le jouer est passé de l'OM à l'OL, un transfert mal digéré par les Ultras).

Si l'OM avait, comme l'a déclaré lundi le président de la Ligue Frédéric Thiriez, "d'ores et déjà annoncé qu'il allait réinstaller des filets de sécurité dans les virages", cela ne suffira sans aucun doute pas à éviter au club des sanctions. Un Président qui avait aussi indiqué que "Dès jeudi la commission de discipline de la LFP travaillera sur les incidents de ce week-end". Amendes et imposition de matches à huis clos, voire suspension de terrain pour l'OM pourraient faire partie dans la panoplie de sanctions dégainées par la Ligue de football professionnel.

Les CRS déployés devant l'un des virages du Stade Vélodrome après des jets de projectiles, lors d'OM-OL, le 20 septembre 2015 à Marseille

Les CRS déployés devant l'un des virages du Stade Vélodrome après des jets de projectiles, lors d'OM-OL, le 20 septembre 2015 à Marseille

Quant au ministre des Sports Patrick Kanner, il s'est dit "choqué et furieux", et a évoqué à mots à peine voilés le prochain Euro qui se déroulera en France : "Je suis trop au fait des candidatures françaises à de grands événements sportifs pour ne pas mesurer l'impact déplorable que ces images auront sur celle de la France", a-t-il déclaré au lendemain des incidents.

Crédits photos : Paolo Bona / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus