Dany Boon : insulté et menacé après être devenu juif

Par , publié le
People
Dany Boon ouvre la 40e cérémonie des Cesar le 20 février 2015 à Paris

Dans un entretien accordé au JDD, le comédien Dany Boon a notamment déclaré avoir été insulté et menacé lorsqu'il est devenu juif, il y a de cela treize ans.

Le comédien Dany Boon va apparaître aux côtés de Charlotte Gainsbourg, Catherine Frot, Benoit Poelvoorde ou encore Gilles Lellouche dans le prochain film d'Yvan Attal intitulé #LesJuifs. Ce long-métrage est prévu pour contenir cinq sketches et l'instigateur du sautillant "Je vais bien, tout va bien" jouera donc dans l'un d'entre eux.

Dany Boon a confié à nos confrères du JDD.fr la teneur de son rôle : "J'incarne un Juif banlieusard totalement fauché. Et il finit par se convaincre que non, il ne peut pas être juif tellement il est dans la lose. Du coup, il a décidé de renier son identité, il en vient même à forcer sa fille à manger du jambon. Il refuse d'avoir les inconvénients, sans les avantages supposés, à savoir l'argent, le pouvoir…"

Conversion "réussie" au judaïsme : Dany Boon insulté et menacé anonymement

Si le pitch peut faire sourire, il ramène à une période de la vie de Dany Boon où ce dernier avait décidé d'embrasser le judaïsme. Une période où l'on avait établi un lien, souvent de dure manière, entre sa nouvelle religion et sa richesse : "Ce sont des choses que j'ai moi-même pu entendre, notamment au moment de ma conversion au judaïsme. Un journaliste m'avait balancé : 'Maintenant, que vous êtes juif, vous êtes riche.' Je l'ai immédiatement rassuré : 'J'étais riche quand j'étais catholique et il existe aussi des juifs pauvres.' J'ai compris que ma conversion était réussie quand j'ai été inondé d'insultes et de menaces anonymes. C'était il y a treize ans, et ça continue encore aujourd'hui."

"Je suis rodé en matière de racisme"

Une sorte de rejet que le comédien semble pourtant vivre relativement sereinement. Comme il le dit lui-même, "je suis rodé en matière de racisme". Son père étant en effet un Kabyle musulman laïc ayant subi le racisme algérien à l'égard des Kabyles et l'opposition de sa belle-famille qui le considérait tel un Arabe. Dany Boon raconte : "J'étais une minorité dans ma propre famille, où l'on vivait une forme d'exil intérieur. Comme mon père était boxeur, on ne l'emmerdait pas trop. J'étais moins costaud, donc j'ai opté pour l'humour. Je voulais comprendre pourquoi on me rejetait. La meilleure façon de se faire accepter est d'aller vers l'autre pour le faire marrer. Pour moi, le rire a toujours été une forme de réparation."

Crédits photos : © AFP Bertrand Guay

Partager cet article