Cumul des mandats : Éric Woerth renonce à son poste de conseiller régional

Par , publié le
Politique
Éric Woerth

À l'instar de Louis Aliot, Éric Woerth ne siégera pas au conseil régional, alors que la tête de liste LR en Nord-Pas-de-Calais-Picardie venait d'être élue au terme des régionales. En démissionnant de son mandat, il demeure ainsi député de l'Oise et maire de Chantilly.

Alors qu'il était tête de liste Les Républicains (LR) dans l'Oise dans le cadre des élections régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Éric Woerth, fraîchement élu, a décidé de démissionner de son mandat de conseiller régional. La règle en vigueur interdisant de cumuler trois mandats exécutifs, l'ex-ministre a ainsi choisi de rejeter le dernier.

Et par conséquent de rester en poste à la mairie de Chantilly et de conserver de même son statut de député de l'Oise. Auprès de nos confrères du Parisien, le désormais secrétaire général des Républicains a expliqué pourquoi il a finalement renoncé à siéger au conseil régional.

Woerth dit renoncer au conseil régional au profit du secrétariat général des Républicains

"Nous avons une très large majorité, presque inattendue, avec beaucoup de conseillers autour de Xavier Bertrand. Et notre département est très bien représenté, avec 15 élus. Désormais secrétaire général des Républicains, j’ai aussi pour mission de construire le projet du parti. Une lourde tâche m’attend. Être vice-président au conseil régional représente quasiment un temps plein. Cela a beaucoup pesé dans ma décision." Et quand on lui demande le pourquoi d'une campagne dans laquelle il s'est impliqué, Éric Woerth n'en démord pas : "Je suis venu pour tirer cette liste et lui donner un maximum de cohérence. Si l’on avait perdu, ou si la majorité avait été très tendue, les choses auraient pu se passer autrement. Mais la victoire est large. Je me posais des questions, et je n’avais pas envie d’abandonner Chantilly." En ajoutant être remplacé par Fatima Massau (MoDem, 16e sur la liste) : "C’est quelqu’un de très impliquée dans la vie locale et je suis heureux pour elle."

"J'ai essayé de mobiliser et d'éviter les chamailleries"

Le maire de Chantilly ne croit également pas que les électeurs puissent se sentir trahis par cette démission : "J’ai construit cette liste. J’ai essayé de mobiliser et d’éviter les chamailleries. Ce n’était pas n’importe qui en face. C’était Marine Le Pen (FN) et je ne souhaitais pas qu’elle soit présidente. J’ai permis, avec les autres, l’élection de Xavier Bertrand, que j’ai aidé à élaborer un projet. La mission est bien remplie, je pense. Les conditions sont également réunies pour que l’Oise soit protégée et développée dans cette grande région."

Crédits photos : Christophe RUSSEIL/FTV /Phototele.com

Partager cet article

Pour en savoir plus