Il crée la panique dans un avion à cause du WiFi de son téléphone

Par , publié le
Insolite
Photo d'illustration. Un avion dans le ciel.

Un passager d’un avion de la compagnie Virgin America a cru malin de renommer le Hotspot WiFi de son smartphone « Samsung Galaxy Note 7_1097 » alors que le téléphone est interdit dans les avions suite à des problèmes d’explosion. Le vol a dû être détourné.

Si vous suivez l’actualité high-tech, vous n’êtes certainement pas sans savoir que récemment, le constructeur coréen Samsung à du faire faire à une énorme polémique concernant son Galaxy Note 7. Le smartphone avait en effet la fâcheuse tendance à littéralement exploser à cause de soucis de batterie, à tel point que certaines compagnies aériennes ont décidé d’interdire le Note 7 dans leurs avions.

Un petit plaisantin a profité de ce bad buzz pour créer un énorme vent de panique à bord d’un avion de la compagnie Virgin America selon les informations BBC News.

Il renomme son Wifi Galaxy Note 7

Si vous avez un smartphone, vous connaissez certainement cette fonctionnalité qui permet de partager la connexion 3G de ce dernier afin d’en faire un Hotspot WiFi sur lequel d’autres appareils peuvent se connecter. Un réseau qu’il est possible de renommer comme bon nous semble.

Le 20 décembre dernier, les passagers du vol San Francisco-Boston remarquent qu’un Hotspot nommé « Samsung Galaxy Note 7_1097 » apparaît dans l’avion. Ils se sont alors empressés de prévenir l’équipage qui a immédiatement fait une annonce pour récupérer le smartphone potentiellement explosif. Devant l’absence de réaction, le pilote en personne a dû prendre la parole pour indiquer que si le smartphone n’était pas retrouvé, l’avion serait forcé d’atterrir.

Un passager avoue

Encore une fois, personne ne répond, et ce n’est qu’à partir du moment où l’équipage a pris la décision de détourner le vol vers le Wyoming qu’un des passagers avoue avoir changer le nom la connexion Wi-Fi de son smartphone pour faire une mauvaise blague.

Devant le retard accumulé, l’avion arrivera en retard et le vol qu’il devait effectuer par la suite a dû être confié à un autre appareil. La compagnie Virgin America n’a pas précisé si elle allait porter plainte, mais si c’est le cas, le plaisantin risque 180 000 dollars d’amende et plusieurs années de prison, car depuis la mi-octobre, embarquer un Galaxy Note 7 dans un avion est un crime fédéral même si, techniquement, son smartphone n’en était pas un.

Crédits photos : happy photo/shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus