Crédit Agricole : vers une grosse amende aux Etats-Unis ?

Par , publié le
Économie Illustration. Une agence Crédit Agricole.
Illustration. Une agence Crédit Agricole.

A l'instar de la BNP en 2014, le Crédit Agricole fait l'objet d'une enquête sur le sol américain. La banque a passé ses provisions pour litiges de 350 millions d'euros en vue d'une amende.

L'année dernière, BNP Paribas se voyait infliger l'amende record de 6,6 milliards d'euros. A l'origine, une enquête sur les paiements en dollars vers des pays soumis à embargo économique de la part des Etats-Unis. C'est dans une enquête semblable que le groupe Crédit Agricole se trouve, et espère son dénouement dans le cours de l'année 2015.

Une provision pour litiges augmentée de 350 millions d'euros

Ainsi, la provision pour litiges est portée à 1,6 milliard d'euros. Philippe Brassac, directeur général, a profité de la présentation des résultats du trimestre pour évoquer cette augmentation de la provision, au vu des discussions "très avancées" avec les autorités américaines en charge du dossier. Il a en outre précisé que Crédit Agricole S.A a "une idée plus claire de ce que serait l'amende", sans pour autant préciser le montant alloué au dénouement de l'enquête.

Pour autant, d'après les dires du groupe bancaire, l'amende ne devrait pas atteindre les sommets de celle de la BNP.

Le Crédit Agricole affiche de bons résultats

Mais en ne tenant pas compte de cette potentielle amende, les résultats trimestriels sont bons. Ainsi, le bénéfice net affiché par Casa (l'entité cotée du Crédit Agricole) et les agences régionales se monte à 1,5 milliards d'euros pour le deuxième trimestre 2015, quand il affichait 789 millions d'euros à la même période l'an passé.
Le Produit Net Bancaire quant à lui a augmenté de 3,4%.

Les raisons de ces bons résultats sont à chercher du côté de deux branches du groupe Crédit Agricole : l'épargne et assurances, ainsi que les services financiers spécialisés. En revanche, et en toute logique, la Banque de financement et d'investissement (BFI) qui gère la provision pour litiges, présente un bénéfice en baisse à 82 millions d'euros.

Crédits photos : Tupungato / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus