Le crâne d'une espèce rare de mammouth découvert en Californie

Par , publié le
Sciences Un mammouth laineux modélisé (Royal BC Museum de Victoria, Canada)
Un mammouth laineux modélisé (Royal BC Museum de Victoria, Canada)

Une équipe de scientifiques a découvert un crâne de mammouth exceptionnel à plus d’un titre.

On pensait connaître beaucoup de choses du mammouth, mais la grosse bête velue continue de surprendre la communauté scientifique. Selon les informations rapportées par CNN, un crâne d’une espèce mammouth intrigante a été découvert par une équipe américaine de paléontologues jeudi dernier sur l’île de Santa Rosa en Californie (États-Unis).

Un état de conservation exceptionnel

L’équipe de paléontologues à l’origine de cette découverte exceptionnelle était composée de Don Morris, archéologue à la retraite, Justin Wilkins, paléontologue pour le site web Mammoth et Monica Bugbee, n’a pas hésité à qualifier cette découverte d’exceptionnelle.

C’est tout d’abord l’état de conservation du fossile qui a émerveillé les scientifiques. « C’est sans doute le crâne de mammouth le mieux préservé, qu’il soit colombien ou pygmée, à être découvert depuis ceux des îles Anglo-normandes. La taille de ce crâne est d’ailleurs très intéressante », s’est félicitée Monica Bugbee. Mais la taille du crâne de l’animal suscite également son lot d’interrogations.

Une espèce inconnue ?

Après avoir mesuré le crâne de la bête, les scientifiques sont arrivés à la conclusion que ce dernier n’était ni assez grand pour être classé dans la catégorie des mammouths colombiens mais ni assez petit pour être considéré comme appartenant à l’espèce pygmée. « Il pourrait représenter un animal de transition, quelque part sur la voie pour devenir un mammouth pygmée nain. » selon Monica Bugbee.

Troisième interrogation pour les scientifiques : Ce mammouth a-t-il eu une chance de croiser l’homme ? Selon la datation au carbone 14, l’animal aurait vécu il y a 13 000 ans, soit à la même période que l’homme d’Arlington connut pour être comme le plus vieux spécimen d’être humain d’Amérique du Nord retrouvé lui aussi sur Santa Rosa Islande. Il est donc fort probable que ce mammouth ait cohabité avec l’homme qui aurait même bien pu être à l’origine de son extinction dans la région.

Crédits photos : Wikimedia

Partager cet article

Pour en savoir plus