Contrôle d'une femme en niqab : un policier félicité et encouragé par un commissaire

Par , publié le
Faits Divers Photo d'illustration. Une patrouille de police à pied à Paris.
Photo d'illustration. Une patrouille de police à pied à Paris.

Dans un courrier, un commissaire adresse ses félicitations et ses encouragements à un policier ayant contrôlé quelques jours plus tôt une femme en niqab. Une missive depuis désapprouvée par la préfecture de police de Paris.

En ce contexte de rentrée scolaire, il apparaît encore bien précipité d'évoquer les conseils de classe appelés à féliciter les élèves les plus méritants et à encourager ceux estimés sur la bonne voie. Pourtant, un policier vient d'être ainsi complimenté et invité à poursuivre sur sa lancée après un contrôle effectué il y a deux mois.

Le 1er juin dernier, cet officier avait contrôlé une femme en niqab (voile intégral) dans une rue du district de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne). Un contrôle qui, nous l'indique France 3 Paris Île-de-France, se sera conclu par un procès verbal. Deux jours plus tard, un commissaire prenait sa plume pour rendre hommage, par courrier, à ce policier.

Un commissaire "reconnaissant" après le contrôle d'une femme en niqab

Une missive dont nous ne prenons cependant connaissance qu'en ce début septembre. Et ce chef de service d'y remercier le fonctionnaire pour avoir contribué à faire reculer le communautarisme en France : "Je tiens à vous exprimer ma reconnaissance pour votre action, laquelle s'inscrit dans la lutte contre tous les phénomènes de communautarisme qui s'inscrivent délibérément hors des fondements de la République française".

Le commissaire termine son courrier par ces mots : "Je vous encourage vivement à poursuivre dans cette voie, la seule permettant de sauvegarder les valeurs de l'Occident".

Des termes "inappropriés" pour la préfecture de police

Une lettre dont semble se désolidariser la préfecture de police de Paris. Cette dernière a en effet affirmé que "les termes employés dans ce document sont inappropriés" et que "le chef de service va faire l'objet d'une lettre de son directeur afin que ce type de propos ne soient pas réitérés".

Rappelons qu'au niveau européen, la France a été le premier pays à interdire sur son sol le voile intégral (incluant également la burqa). Une loi de 2010, validée en 2014 par la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) et proscrivant "la dissimulation du visage dans l'espace public", peut ainsi contraindre les contrevenants à s'acquitter d'une amende maximale de 150 euros.

Crédits photos : Tutti Frutti / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus