Conducteurs sans assurance : un nombre toujours plus impressionnant

Par , publié le
France Un péage sur l'autoroute du Soleil
Un péage sur l'autoroute du Soleil

Le Fonds de garantie des assurances obligatoires lance une campagne de prévention liée au phénomène de conduite sans assurance. En France, il concernerait entre 370.000 et 750.000 personnes.

Si leur nombre ne représente que 1% à 2% des véhicules empruntant les routes de France, ils sont responsables de 10% des accidents corporels. Eux, ce sont les conducteurs qui roulent sans assurance, et ils sont entre 370.000 et 750.000 dans notre pays, affirme le Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages (FGAO). Et leur nombre est en augmentation constante, un nombre source d'inquiétude.

+40% d'automobilistes sans assurance depuis 2009

Ces conducteurs sont aussi responsables de 6% des accidents mortels sur la route, l'équivalent de 200 vies perdues. Pourtant, entre 2012 et 2013, leur nombre avait diminué, pour repartir de plus belle depuis. Certes, la très grande majorité de ces personnes savent qu'ils ne sont pas assurés. Mais les conséquences potentielles semblent souvent sous-estimées.

Si ces conséquences se rapportent bien entendu à des morts sur la route, elles sont aussi financières. Car nombre de conducteurs responsables d'accidents sont alors dans l'obligation de débourser des sommes parfois très importantes (jusqu'à plusieurs millions d'euros) aux victimes.

Vers un fichiers des véhicules en défaut d'assurance ?

Le FGAO demande depuis 5 ans maintenant qu'un fichier des véhicules roulant sans assurance soit créé. A l'instar de ce qui est déjà en place chez nos voisins Allemands et Suisse : quand un véhicule n'est pas assuré, il vous est alors interdit de l'acheter, le faire immatriculer ou même de le sortir d'une fourrière.

Et bien  ce processus est en marche dans notre pays; le Comité interministériel de la sécurité routière a en octobre 2015 adopté le principe, qui doit désormais être porté dans la loi. Les véhicules en question seront alors susceptibles d'être immobilisés par les autorités, et ce même par les radars lecteurs de plaques d'immatriculation.

Crédits photos : Capa/Phototélé

Partager cet article