Colmar : Non-lieu confirmé pour le gendarme dans l’affaire Hocine Bouras, tué pendant son transfert

Par , publié le | modifié le
France
Photo d'illustration. La justice.

Hocine Bouras, détenu dans la maison d’arrêt de Strasbourg, avait été tué par balle par un gendarme lors d’un transfert il y a deux ans. La cour d’appel de Colmar vient de prononcer un non-lieu dans cette affaire.

Le 26 août 2014, Hocine Bouras détenu âgé de 23 ans était tué par un gendarme lors de son transfert de la maison d’arrêt de l’Elseau à Strasbourg vers le bureau du juge d’instruction de Colmar. La cour d’appel de Colmar vient de confirmer ce jeudi le non-lieu dans cette affaire. Une décision qui signifie qu’il ne devrait pas y avoir de procès à l’encontre du gendarme.

Non-lieu dans l’affaire Hocine Bouras

En prononçant un non-lieu dans cette affaire, la cour d’appel de Colmar a suivi les réquisitions effectuées par le procureur général en mai dernier. Ce dernier estimait alors que le gendarme qui a tiré sur Hocine Bouras avec son arme de service était en état de légitime défense.

Selon les informations de France 3 Alsace, la famille du détenu abattu a annoncé qu’elle allait se pourvoir en cassation après avoir déposé deux plaintes : une contre la gendarmerie pour faux en écriture, et contre une gendarme qui était présente dans le véhicule au moment des faits pour destruction de preuve.

Abattu lors de son transfert

Les faits s’étaient donc produits le 26 août 2014 lors du transfert d’Hocine Bouras. Pour son transfert, le détenu avait été placé à bord d’un véhicule de service avec deux gendarmes chargés de l’escorter jusqu’au tribunal. Aux environs de Colmar, avant la sortie Semm, une altercation aurait alors éclaté à bord de la voiture.

Le véhicule s’arrête alors sur la bande d’arrêt d’urgence et son conducteur, l’un des deux gendarmes, aurait feu sur le détenu placé à l’arrière. Hocine Bouras sera tué d’une balle dans la tête.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus