Coliques du nourrisson : l'acupuncture pour réduire plus vite les pleurs ?

Par , publié le
Santé
Photo d'illustration. Un bébé pleure.

Selon une étude suédoise, les pleurs des bébés souffrant de coliques pourraient être plus rapidement calmés par un recours à l'acupuncture. Une observation que ne semble pas partager la communauté scientifique britannique.

Certains jeunes parents connaissent cette épreuve consistant, dans les six premiers mois de la vie de leur bébé, à faire face à des pleurs découlant de ce que l'on appelle les coliques du nourrisson. Un mal auquel il n'apparait pas systématiquement évident de répondre de la meilleure des manières.

Pour des chercheurs suédois de l'université de Lund, dont l'étude vient d'être publiée dans le British Medical Journal, l'acupuncture pourrait se révéler comme une pratique à sérieusement considérer pour calmer les pleurs d'un nouveau-né en proie à ces coliques.

Acupuncture : des aiguilles testés sur des bébés à colique

Dans le cadre de leurs recherches, les scientifiques ont sollicités 426 bébés souffrant de coliques et les ont séparés en trois groupes. Les deux premiers ont bénéficié d'un traitement par l'acupuncture quand le troisième en a été exclu.

Une aiguille a été enfoncée dans la peau des nourrissons du premier groupe jusqu'à une profondeur de 3 centimètres, et ce pendant quelques secondes. Les bébés du second groupe ont quant à eux reçu cinq aiguilles pour une durée de 30 secondes. Ces enfants ont été soumis à leurs traitements deux fois par semaine pendant quatorze jours, une période pendant laquelle leurs parents consignaient la fréquence des pleurs.

Une communauté scientifique britannique sceptique

Il s'est avéré que si les bébés des trois groupes ont moins pleuré au fil du temps, ceux ayant connu un traitement par l'acupuncture se sont plus rapidement calmés. Toutefois, pour des experts de la communauté scientifique britannique, aucune conclusion viable ne saurait été tirée de ces résultats.

Edzard Ernst, professeur émérite de médecine complémentaire à l'Université d'Exeter, estime ainsi que l'acupuncture n'est pas une solution en elle-même au problème : "Nous savons que les bébés atteints de colique répondent à un minimum d'attention, et cet essai confirme qu'un peu plus d'attention génèrera un effet. Le résultat observé n'est donc pas nécessairement lié à l'acupuncture."

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus