La coalition américaine reconnait ses limites face à l'Etat Islamique

Par , publié le
International Le logo de l'Etat Islamique
Le logo de l'Etat Islamique

Les Etats-Unis et la France ont reconnu hier qu'il leur faudrait plus d'efforts et de moyens pour venir à bout de l'Etat Islamique en Irak et en Syrie et promis de faire davantage.

Cela fait plus de deux années que l'armée américaine combat l'Etat Islamique. Souvent raillés pour la mollesse de leurs attaques et les erreurs à répétition (largage par erreur d'armes fréquents aux troupes de l'Etat Islamique ou encore bombardements répétés contre les forces irakiennes luttant contre le groupe terroriste), la coalition qui regroupe désormais les Etats-Unis, la France, l'Allemagne, la Grande Bretagne, l'Australie, les Pays Bas et l'Italie ont promis hier, d'intensifier sa lutte contre l'Etat Islamique en Irak et en Syrie.

Objectif : reprendre les centres de pouvoirs de l'Etat Islamique

Les sept ministres de la défense réunis hier à Paris ont estimé que le moment était venu d'intensifier la lutte contre l'Etat Islamique en Irak et en Syrie. Ils souhaitent reprendre les centres de pouvoirs du groupe terroriste que sont Mossoul et Raqqa.

L'armée syrienne, appuyée par l'Iran et les bombardements de l'armée russe, ne cesse de progresser contre l'Etat Islamique en Syrie. En quelques mois, les frappes russes et les attaques syriennes et iraniennes ont fait reculer l'Etat Islamique et réduit leurs sources de financements là ou la coalition en deux années n'a guère connu de succès et multiplié les erreurs de cibles. Ne pouvant laisser la Russie, l'Iran et la Syrie gagner seuls la lutte, la coalition menée par les américains entend donc participer à un niveau acceptable à la victoire contre le terrorisme dans ces deux pays.

Les Etats Unis cherchent de nouveaux alliés dans le Golfe

Une entente avec la Russie semble difficile actuellement. Aston Carter déclarant au sujet de la Russie qu'elle "faisait fausse route tactiquement et stratégiquement et qu’il n’y avait pas de base pour une réelle coopération tant que Moscou frapperait les groupes d’opposition au lieu de concentrer ses efforts sur Daech".

Ashton Carter, le ministre de la défense américaine souhaite donc que les pays du Golfe, déjà impliqués dans le bourbier du Yémen, s'impliquent davantage dans la lutte contre l'Etat Islamique en Syrie et en Irak.

Crédits photos : Michael Wick/Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus