Climat : 2015 appelée à devenir l'année la plus chaude jamais enregistrée

Par , publié le
Environnement Une bouche d'incendie ouverte pendant un jour de forte chaleur
Une bouche d'incendie ouverte pendant un jour de forte chaleur

Mercredi, l'Agence américaine océanique et atmosphérique a déclaré que les dix premiers mois de 2015 ont été les plus chauds jamais observés.

Alors que d'ici une dizaine de jours, la COP21 s'ouvrira à Paris avec, comme objectif principal, de parvenir à un consensus mondial sur les mesures à adopter pour atténuer voire réduire le réchauffement du climat, on apprend que 2015 est appelée à devenir l'année la plus chaude jamais enregistrée.

Une information émise par l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) et rapportée par nos confrères du Point : les dix premiers mois de l'année en cours ont été les plus chauds jamais observés, un record de chaleur ayant même été établi le mois dernier. Celui-ci est ainsi devenu le mois d'octobre le plus brûlant depuis 1880, date à laquelle les premières températures ont été relevées.

NOAA : un record de chaleur pour un mois d'octobre

La NOAA précise que "la période de janvier à octobre a été la plus chaude de la période 1880-2015 et a battu le précédent record, établi l'an dernier, de 0,12 °C." On notera également que jusqu'à présent, seuls les mois de janvier et avril 2015 n'ont pas établi de nouveaux records de température mensuelle à la surface de la Terre.

Un climat légèrement plus frais en Russie

Et ce record de chaleur battu pour un mois d'octobre s'est observé sur différentes zones du globe. Les États-Unis n'avaient ainsi pas connu un dixième mois de l'année aussi chaud depuis 1963, l'Australie devant remonter encore plus loin dans le temps (1910) pour retrouver trace d'une chaleur record en octobre. Le continent africain a pour sa part enregistré son mois d'octobre le plus brûlant depuis 1880. À l'inverse, le climat est apparu quelque peu plus frais dans certains régions d'Amérique du Sud, d'Europe de l'Est et de la Russie. L'une des raisons ayant amené la température à la surface des océans 0,85 °C au-delà de la moyenne du XXe siècle tient dans l'intensité particulièrement importante, en 2015, du courant chaud El Niño.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus