Cinéma : les scènes de sexe non simulées pourront être accessibles aux mineurs

Par , publié le
Cinéma
"Love" de Gaspar Noe

Le code du cinéma et de l'image animée vient de voir l'un de ses articles être modifié, et ainsi supprimer le caractère automatique de l'interdiction aux moins de 18 ans d'un film comportant des scènes de sexe non simulées.

Jusqu'à il y a peu, la présence de scènes de sexe non simulées dans un film limitait automatiquement ce dernier à un public majeur. En septembre 2015, alors qu'elle n'était pas encore ministre de la Culture, Audrey Azoulay avait exprimé sa volonté de revoir les critères de classification des films de cinéma.

Et comme vient de le rapporter Télérama.fr, le code du cinéma et de l’image animée a effectivement été modifié pour plus de souplesse. L'article 211 stipule ainsi désormais que tout film comportant des scènes de sexe non simulées ne sera plus systématiquement interdit aux spectateurs de moins de 18 ans. Ce décret s'appuie sur un rapport remis il y a un an par le président de la Commission de classification des œuvres de l'époque, Jean-François Mary.

Films interdits aux mineurs : le sexe seulement si accumulé

Depuis ce jeudi, le fait d'interdire un film aux moins de 12, 16 ou 18 ans est maintenant "proportionné" aux exigences "tenant à la protection de l’enfance et de la jeunesse, au regard de la sensibilité et du développement de la personnalité propres à chaque âge, et au respect de la dignité humaine".

Et si un film est aujourd'hui défendu aux moins de 18 ans voire classé X, ce sera parce qu'il renferme "des scènes de sexe ou de grande violence qui sont de nature, en particulier par leur accumulation, à troubler gravement la sensibilité des mineurs, à présenter la violence sous un jour favorable ou à la banaliser".

Moins d'un film sur dix sortis en France en 2015

On nous rappelle au passage qu'en 2015, toutes ces interdictions n'ont au final concerné que 8% des films sortis dans les salles obscures françaises. Dans le détail, sur un total de 771 œuvres passés sous les yeux de la Commission de Classification des œuvres, 53 ont été interdits aux moins de 12 ans, 5 aux moins de 16 ans et 4 aux moins de 18 ans.

Partager cet article

Pour en savoir plus