La cigarette électronique néfaste pour la bouche et le système respiratoire

Par , publié le
Santé Photo d'illustration. Une femme vapotant avec sa e-cigarette.
Photo d'illustration. Une femme vapotant avec sa e-cigarette.

La cigarette électronique ne serait pas sans causer quelques problèmes de santé aux vapoteurs selon de récentes études scientifiques.

La cigarette électronique est-elle moins dangereuse que la cigarette traditionnelle ? Cet interminable débat fait rage depuis la démocratisation des e-cigarettes que les fabricants et certains spécialistes vendent souvent comme inoffensives.

Si le peu de recul que l’on a sur ce produit ne permet pas encore de dégager de véritable tendance sur la véritable toxicité des vapoteuses, la communauté scientifique commence toutefois à multiplier les études sur le sujet. Plusieurs recherches récentes montrent que la cigarette électronique serait néfaste pour les cellules de la bouche et le système respiratoire.

Les cellules buccales détruites par la vapeur

La première recherche a été publiée dans la revue scientifique Journal of Cellular Physiology. Les chercheurs de l’université de Laval (Canada) ont remarqué que les cellules buccales mourraient au bout de 10 jours lorsqu’elles sont exposées à de la vapeur de e-cigarette. Une situation qui peut avoir des conséquences sur le reste du corps, l’épithélium buccal constituant une barrière efficace contre les germes, les infections ou encore le cancer de la bouche.

Selon une autre étude du Centre médical de l’université de Rochester (États-Unis), la bouche, et plus précisément les gencives des vapoteurs souffrent. En exposant des tissus gingivaux de personnes non-fumeuses à la fumée de l’e-cigarette, les chercheurs ont remarqué que ces derniers libéraient des protéines inflammatoires aggravant le risque de maladies dans cette zone.

Le système respiratoire souffre lui aussi

La troisième recherche, publiée quant à elle dans l’American Journal Of Respiratory and Critical Care et menée par les chercheurs de l’université de Californie, montre que les vapoteurs de moins de 18 ans s’exposent à un risque accru de bronchite et de toux chronique. Les jeunes qui utilisent une vapoteuse plus de 30 jours consécutifs ont 85 % de risque supplémentaire de souffrir d’infections respiratoires que ceux qui ne vapotent pas.

Si la cigarette électronique semble donc moins nocive que le tabac traditionnel, il faut garder à l’esprit que l’ingestion de nicotine et d’arômes en liquides n’est pas sans conséquences sur la santé.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article