Chuck Blazer, l'homme de tous les scandales banni à vie de la FIFA

Par , publié le | modifié le
Foot Sepp Blatter et Chuck Blazer le 1er juin 2011 à Zurich
Sepp Blatter et Chuck Blazer le 1er juin 2011 à Zurich

Le comité d’éthique de la Fédération internationale de football a banni Chuck Blazer de toute activité liée au football. Le ménage continue au sein de la FIFA.

Le scandale de la FIFA n’a pas fini d’éclabousser les hauts dirigeants des instances du football et même de certains responsables politiques. Le toujours président Sepp Blatter n’hésite plus à balancer des noms et a par exemple évoqué l’influence de Nicolas Sarkozy dans l’attribution de la Coupe du Monde au Qatar en 2022.

Pendant ce temps, la plus haute instance dirigeante du football mondial tente toujours de faire le ménage et on apprend aujourd’hui que Chuck Blazer, l’homme de tous les scandales, vient d’être banni à vie de la FIFA.

La FIFA ne veut plus de Blazer dans le football

Dans un communiqué publié aujourd’hui, la commission d’éthique de la FIFA qui a à sa tête Hans-Joachim Eckert, vient de rendre publique sa décision d’exclure l’ancien membre du comité exécutif Chuck Blazer de toute activité liée au football.

Le document de la FIFA précise que le secrétaire général de la Fédération d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes (CONCACAF) « s’est rendu régulièrement et à plusieurs reprises coupable de nombreux actes de mauvaise conduite."

La réputation sulfureuse de Chuck Blazer

L’américain de 70 ans est celui par qui le scandale de la FIFA a éclaté. Rattrapé par de trop nombreuses affaires de corruption, Chuck Blazer s’est transformé en indicateur pour le FBI. Blazer a accepté de porter un micro en essayant de confondre ses anciens camarades de la FIFA. Il a également tout dévoilé sur le système de corruption à l’œuvre sur les deux continents américains.

Celui que l’on appelait “Monsieur 10 %” en référence au pourcentage qu’il recevait sur chacun de ses manœuvres frauduleuses avait également la réputation d’être un homme assez fantasque. Toujours aux frais de la FIFA, Blazer occupait notamment un somptueux appartement au 48e étage de la Trump Tower à 18 000 euros par mois, en plus d’un autre à 6000 dollars pour y loger ses chats. Entre 2004 et 2011, les dépenses de la Concacaf s’élèvent à trente millions de dollars, 10 % de cette somme était dévolue aux notes de frais de Blazer.

Crédits photos : © AFP/Archives FABRICE COFFRINI

Partager cet article

Pour en savoir plus