Chirurgie de l'obésité : une prise en charge préopératoire pas encore à niveau

Par , publié le
Santé
Photo d'illustration. L'obésité.

Un étude vient révéler que 4 patients sur 10 ayant subi une chirurgie de l'obésité n'ont pas bénéficié une correcte prise en charge préopératoire. Un constat amenant la Haute Autorité de Santé à appeler à combler les manquements du dispositif.

C'est une étude allant vraisemblablement rendre de futurs patients un peu plus attentifs dans leur démarche de subir une chirurgie de l'obésité. L'an passé, sur la base du volontariat, 172 établissements de santé pratiquant ce type d'intervention, sur les 501 présents en France, ont pris part à une récolte des indicateurs de prise en charge préopératoire.

Comme nous le rappelle 24hSanté, ces indicateurs, en place depuis 2013, ont pour but de renseigner les professionnels de santé quant au respect de soins sécurisés et de qualité. Et si la Haute Autorité de Santé (HAS) reconnaît des progrès à ce niveau, ils demeurent cependant insuffisants à ses yeux : "Depuis la création de ces indicateurs il y a 3 ans, on constate que les résultats s’améliorent d’année en année et que les professionnels de santé s’en sont emparés pour améliorer leurs pratiques. Toutefois les étapes indispensables pour s’assurer de la pertinence et de la réussite d’une chirurgie ne sont pas systématiquement respectées pour chaque patient opéré".

Prise en charge préopératoire : 4 patients obèses sur 10 exclus

Il apparaît ainsi que seuls six patients obèses sur dix ont bénéficié d'une prise en charge préopératoire correcte, soient un bilan de leurs comorbidités, un bilan endoscopique ainsi qu'une évaluation psychologique. 60% des malades ont été opérés sans la concertation de professionnels de santé ou sans en avoir informé le médecin traitant.

De forts variations entre les établissements

La HAS souligne que "les résultats varient fortement entre les établissements de santé, soulignant des pratiques très différentes d’une structure à l’autre, et que les Centres spécialisés de l’obésité (CSO) et leurs partenaires participants ont en moyenne des résultats supérieurs aux autres établissements".

Et l'autorité d'affirmer qu'à compter de l'année prochaine, tous les établissements de santé pratiquant la chirurgie de l'obésité devront se soumettre à la mesure, tant qualitative que sécuritaire, de la prise en charge préopératoire de leur patients.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus