La chirurgie de l'obésité efficace sur le long terme chez les adolescents

Par , publié le
Santé
Photo d'illustration. L'obésité.

Chez les adolescents souffrant d’obésité morbide, la chirurgie bariatrique permettrait une perte de poids importante et stabilisée sur le long terme.

Depuis quelques années, la chirurgie de l’obésité est régulièrement pratiquée dans les cas les plus difficiles à traiter, notamment en cas d’obésité morbide.

Diverses techniques existent comme la réduction de l’estomac, le « bypass » ou encore l’anneau gastrique (on ralentit le passage des aliments dans l’estomac grâce à la pose d’un anneau en silicone) et il semblerait que ces dernières soient particulièrement efficaces sur le long terme chez les patients les plus jeunes.

Des effets bénéfiques chez les adolescents

Ces résultats proviennent d’une étude menée en parallèle aux États-Unis et en Suède et publiée dans la revue Lancet Diabetes & Endocrinology. Les scientifiques se sont penchés sur l’efficacité de « bypass » sur le long terme chez des adolescents en état d’obésité sévère.

Côté américain, la recherche a porté sur 58 adolescents américains âgés de 13 à 21 ans dont l’IMC moyen a été réduit de 58,5 à 36 un an après l’intervention. En les suivant plusieurs années après, les chercheurs ont remarqué leur IMC s’était en moyenne stabilisé à 42, soit une perte moyenne de poids de 30 %. Les effets se ressentent également chez les patients qui souffraient en plus de diabète dont le taux est tombé de 16 à 2 %, d’hypertension (de 47 à 16 %) et des patients qui souffraient d’un taux de cholestérol trop élevé de 86 à 38 %.

En Suède, les chercheurs ont étudié les cas de 81 adolescents suédois dont l’IMC moyen avoisinait les 43 avant l’intervention. Là encore, une perte moyenne de poids de l’ordre de 28 % au bout de 5 ans, une diminution notable des cas d’hypertension et de cholestérol et une baisse des cas de diabète ont été notées.

Un meilleur suivi

De tels résultats s’expliquent avant tout par l’âge des patients. Plus l’opération est réalisée jeune et moins ces derniers portent des séquelles psychologiques de leur obésité. Il est donc plus facile, avec un suivi efficace, de modifier les comportements diététiques et hygiéniques des patients opérés, ce qui est l’une des clés de la réussite dans la chirurgie bariatrique.

Il reste tout de même quelques points importants à définir, notamment l’âge minimum pour opérer ces jeunes patients, la chirurgie bariatrique ayant des effets sur la croissance. Aucune étude sur l’impact psychologique de la chirurgie bariatrique sur les adolescents n’a pas été effectuée dans ces recherches.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus