5 interpellations à Pékin après la sextape tournée à Uniqlo

Par , publié le | modifié le
Faits Divers Un couple au lit
Un couple au lit

Mercredi, la polie chinoise a interpellé 5 personnes après la diffusion d'une sextape tournée dans une cabine d'essayage du magasin Uniqlo, à Pékin. L'enseigne a quant à elle a démenti formellement une supposée tentative de publicité déguisée.

Un jeune couple, à qui l'on reproche de s'être livré au tournage d'une sextape dans la cabine d'essayage d'un magasin Uniqlo de Pékin (Chine), a été interpellé mercredi ainsi que trois autres personnes par la police chinoise. L'information provient des médias d'État et a été communiquée en ce dimanche.

Après avoir été enregistrée, la vidéo en question s'est retrouvée sur la toile, et en particulier sur le réseau social Sina Weibo et le service de messagerie instantanée WeChat. Trahissant visiblement leur visionnage de ladite sextape, un certain nombre de jeunes gens se sont pris en photo devant l'enseigne Uniqlo. L'AFP nous informe d'ailleurs que plusieurs d'entre eux se sont même livrés à des mimes sensuels.

Chine : un couple interpellé après la diffusion d'une sextape

La chaîne publique Beijing Televsion a indiqué que "cinq personnes ont été appréhendées par la police dont les protagonistes, un homme et une femme". Et que "l'enquête de police s'attache à répondre à deux questions : qui a publié cette vidéo de mauvais goût et était-ce une entreprise de publicité déguisée de la part de l'entreprise ?"

Uniqlo dément une entreprise de publicité déguisée

Dans un communiqué, le groupe d'habillement nippon Uniqlo a démenti cette supposée entreprise de publicité détournée, en demandant dans le même temps à ses clients de faire un usage sain de ses cabines d'essayage. Sina et Tencent, deux grands noms des réseaux sociaux chinois, ont en également pris pour leur grade après avoir été réprimandés par l'Administration chinoise du cyberespace (CAC). Un peu plus tôt dans la semaine, cette dernière a accusé cette vidéo de violer "les valeurs fondamentales du socialisme". Une affaire effectivement prise très au sérieux dans un pays où il est interdit et officiellement impossible d'accéder à Twitter, Facebook ou encore YouTube.

Crédits photos : Guryanov Andrey/shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus