Chine : 5 ans de prison en appel pour la journaliste Gao Yu

Par , publié le
International La journaliste Gao Yu
La journaliste Gao Yu

La journaliste Gao Yu vient d'être condamnée en appel à 5 ans de prison pour "divulgation de secrets d’État". Elle pourrait cependant être libérée en raison de problèmes de santé.

Après avoir d'abord été condamnée par la justice chinoise à sept ans de prison pour "divulgation de secret d'État", la journaliste Gao Yu vient de voir sa peine réduite à cinq ans. C'est ce que vient d'indiquer son avocat Mo Shaoping à Pékin : "Nous pensons qu'elle est innocente. La peine est juste plus légère, c'est une petite amélioration."

Un jugement rendu au Tribunal populaire supérieur de Pékin dans un contexte pour le moins tendu. Comme l'indiquent en effet nos confrères belges de RTL Info, les journalistes étrangers étaient défendus de s'approcher du tribunal, de même qu'une dizaine de diplomates eux aussi repoussés par des agents de la Sécurité d’État. Une femme qui scandait son soutien à la journaliste s'est d'ailleurs vue mise à terre par les autorités.

Gao Yu : une peine de prison "plus légère" de deux ans pour la journaliste chinoise

Gao Yu fut la première lauréate, en 1997, du prix mondial de la liberté de la presse de l'Unesco, avant que sa compatriote Cheng Yizhong n'apporte un second trophée à la Chine huit ans plus tard. En avril 2014, la journaliste était arrêtée pour des soupçons d'espionnage, et ce n'est qu'au printemps 2015 qu'elle a été reconnue coupable "d'avoir transmis des secrets d’État à des étrangers". Et plus particulièrement, d'avoir remis à un média hongkongais un document interne du Parti communiste chinois louant une plus forte répression des idées démocratiques, des voix dissonantes émises au sein de la société civile et des tentatives d'indépendance des médias.

Une libération pour motif médical pas exclue

Étant donné que Gao Yu a manifesté des problèmes de santé cardiaque depuis son incarcération, l'hypothèse d'une libération pour motif médical ne semble pas exclue. Son avocat a ainsi fait savoir qu'il existait une "possibilité" que la journaliste de 71 ans retrouve la liberté dans un avenir plus ou proche, et ce afin d'être soignée.

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article

Pour en savoir plus