La charge violente d'Anne Hidalgo contre les "chefs de file du quinquennat"

Par , publié le
Politique
Anne Hidalgo, maire de Paris, en avril 2016.

Soutien de Vincent Peillon, la maire de Paris juge sévèrement dans une interview au Monde, l'"immense gâchis" du dernier quinquennat.

Vincent Peillon peut compter sur son soutien à l'occasion de la campagne de la primaire à gauche. En revanche, Anne Hidalgo ne souhaite pas révéler qui elle suivra si son "poulain" échoue.

Car dans une interview accordée au Monde, elle n'est pas tendre avec les "chefs de file du quinquennat" qui sont selon elle à l'origine d'"un immense gâchis".

Qui est responsable selon Anne Hidalgo ?

Dans cet entretien, publié jeudi, la maire de Paris fustige : "Il y a eu beaucoup d’amalgames et d’inculture de la part de ceux qui ont été les chefs de file de ce quinquennat. Ils nous ont conduits à un état de confusion absolue. Je leur en veux pour cela. Je suis triste face à cet énorme gâchis. Nous n’étions pas obligés de nous infliger ça".

Et des noms, elle en cite : "il y a trois personnes responsables de l’immense gâchis du quinquennat qui se termine: François Hollande, qui a décidé de la politique à conduire, Emmanuel Macron, qui a été son conseiller et l’inspirateur d’une pensée qui a très largement fracturé la gauche, et Manuel Valls". Quant à la primaire, si "elle a le mérite d'exister", la première édile de Paris regrette qu'"elle arrive tard, avec peu de moyens".

"Vincent élève le débat"

Et c'est Emmanuel Macron qui concentre l'essentiel de son ressentiment. Elle ne voit pas en lui "l'homme providentiel, qui explique qu’il va vous sauver, qu’il a tout compris, qu’il va tout décider". Avant d'ajouter : "Je n’ai perçu dans son travail quotidien ni une modernité qui m’aurait éblouie, ni un rapport à la démocratie qui me donnerait confiance. Le réveil risque d’être difficile pour ceux qui y croient !". Selon elle il représente "l’incarnation de la reproduction sociale des élites".

En revanche, elle ne tarit pas d'éloges à l'adresse du candidat Peillon : "Vincent élève le débat. Ça fait du bien d’avoir quelqu’un qui a une pensée du temps long, de notre histoire, qui ne dit pas qu’avant ou après lui, il n’y a rien (...) Seul le positionnement de Vincent Peillon peut permettre à la gauche d’être au deuxième tour. Il vient occuper un espace que d’autres se sont évertués à détruire".

Invitée de RTL jeudi matin, Myriam El Khomri a déploré les propos de la maire de Paris : "Je ne considère pas que ce quinquennat a été un gros gâchis. Je trouve ça particulièrement excessif", avant de rappeler quelques réformes mises en places.

Crédits photos : Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus