Charente : un nouveau-né découvert dans une poubelle

Par , publié le | modifié le
Faits Divers La police (photo d'illustration)
La police (photo d'illustration)

Dimanche, un nouveau-né a été découvert dans une poubelle à Bignac, en Charente. Le bébé est mort de froid quelque temps plus tard et d'après le maire, sa mère ne vit plus dans la commune.

La macabre découverte est survenue dimanche après-midi dans la commune de Bignac, en Charente. Il est aux alentours de 16h30 quand un nouveau-né est repéré à l'intérieur d'une poubelle collective. Les gendarmes vont alors alerter les pompiers, et les casernes d'Aigre et de Rouillac, de même que le Smur d'Angoulême, d'intervenir pour tenter de sauver le bébé.

Nos confrères de Charente Libre rapportent cependant que les efforts n'ont pas suffi pour empêcher que le nourrisson, âgé de 2 à 3 jours, ne meure de froid. Enveloppé d'une couverture, il souffrait en effet d'une profonde hypothermie, avec une température corporelle relevée inférieure à 28°.

Bébé retrouvé dans un poubelle en Charente : l'enfant est mort d'hypothermie

Michel Fouchier, maire de Bignac, a déclaré que l'enfant pourrait être celui d'une jeune femme de 25 ans ne vivant désormais plus dans la commune, au contraire de la majorité de sa famille. Cette mère se serait débarrassée de son bébé lors d'un repas de famille. Et si l'enquête lancée suite à ce drame devrait permettre d'en établir les circonstances précises, l'élu a parlé d'"une jeune fille équilibrée, sans histoire. Sa famille est très soudée, généreuse, s'investit beaucoup dans la commune, et a toujours pris soin de ses enfants. Pour nous c'est incompréhensible"

La mère du nouveau-né aurait quitté la commune

Au sein de ce village de 223 habitants, on semblait d'ailleurs ignorer la grossesse de cette future mère, et encore moins si cet état avait été oui ou non désiré par cette dernière. On apprend d'ailleurs que la jeune femme aurait trouvé un travail dans le secteur du médico-social après avoir terminé ses études.

Crédits photos : Christian Mueller/Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus