Champagne : un récolte en forte baisse pour 2016

Par , publié le
Économie Des vignes le 31 octobre 2013 à Mailly-Champagne près de Reims
Des vignes le 31 octobre 2013 à Mailly-Champagne près de Reims

Selon les vignerons champenois, la récolte sera très faible cette année. La qualité du raisin et les stocks devraient compenser le manque à gagner.

En cette année 2016, les vendangeurs auront très certainement moins mal au dos que l’année passée à la fin de la période des vendanges. Selon les premières estimations des propriétaires de vignobles en Champagne relayées par l’AFP, la récolte de cette année devrait atteindre des niveaux plutôt bas.

Une chute de la production qui sera compensée par une bonne qualité du raisin.

Une des pires années depuis 20 ans

Selon Maxime Toubart, président du syndicat général des vignerons de Champagne, « en quantité ce sera une des pires campagnes depuis ces vingt dernières années. Nous avons eu du gel, de la grêle et des maladies, et on aura en moyenne un déficit de vendange de 25 à 35 % ». Le syndicat estime que la récolte oscillera entre 7 000 à 7 500 kilos de raisin par hectare alors que le niveau était de 12 000 à 13 000 kilos en 2015.

Le vignoble champenois a été touché par une période de plusieurs jours de gel au printemps, ce qui a détruit 4 600 hectares de surface de production. Selon le syndicat, c’est le département de l’Aube qui a le plus souffert de ces conditions qui favorisent l’apparition du mildiou, une maladie de la vigne. Certains viticulteurs n’y vendangeront même pas cette année, car la récolte ne pourra couvrir les frais liés à la cueillette.

Une récolte de qualité

Seule éclaircie pour les vignerons, la production de cette année si elle est faible sera tout de même de qualité. « La vendange s’annonce de très bonne qualité. Avec le service technique du comité du Champagne nous suivons un certain nombre de paramètres : l’acidité, la maturité, l’évolution du poids des grappes et cela nous fait penser qu’on va se rapprocher de l’année 2002 qui était une grande année », affirme Maxime Toubart.

Les vignerons vont donc devoir puiser dans les réserves de vin de champagne pour assurer la production cette année. Il ne faudra pas que la situation se présente une deuxième année consécutive, car cela pourrait devenir très dure à tenir économiquement. Les vignes de Champagne couvrent 34 300 hectares répartis sur cinq départements du nord-est de la France.

Crédits photos : © AFP/Archives FRANCOIS NASCIMBENI

Partager cet article