Cerveau : ce n'est pas la taille qui compte

Par , publié le
Sciences
Illustration. Les connections dans le cerveau humain.

Contrairement à ce que certains esprits pourraient être tentés de croire, un gros cerveau ne signifie pas pour autant que son porteur est singulièrement plus intelligent que la moyenne.

Que l'on dispose d'un cerveau volumineux ou de taille réduite, on peut tout aussi bien afficher un quotient intellectuel faible que puissant. Une étude menée par l'université de Vienne, dont les résultats sont parus la semaine dernière dans la revue Neuroscience & Biobehavioral Reviews, explique ainsi que l'intelligence d'un individu dépend davantage de la structure de son cerveau que de sa taille.

Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont synthétisé 88 études conduites sur le sujet et ayant concerné plus de 8.000 cas. Ils se sont ainsi aperçus, dixit le chercheur en sciences cognitives (université de Vienne) Jacob Pietschnig, que les précédentes recherches ont "surestimé" le lien entre l'intelligence et la taille du cerveau.

Intelligence : la structure du cerveau plus importante que la taille

En rattachant plutôt le degré d'intelligence à "l'agencement du cortex, du mésencéphale [ndlr : cerveau moyen] et du cervelet ainsi que la bonne connexion de la matière blanche et de la matière grise, beaucoup plus importante que la taille de la masse cérébrale elle-même".

Capacités cognitives : les hommes au même niveau que les femmes

Ces chercheurs ont également observé des capacités cognitives semblables aussi bien chez les hommes que les femmes, alors qu'il est admis que les premiers détiennent un cerveau plus volumineux que les secondes. On apprend de même, via Le Parisien rapportant la teneur des propos de M. Pietschnig, que plusieurs participants à l'étude qui disposaient d'un cerveau d'une taille anormalement grosse ont finalement obtenu des résultats inférieurs à la moyenne dans le cadre de tests d'intelligence. Et pour appuyer un peu plus les conclusions établies par cette étude, Jacob Pietschnig souligne que des animaux connus pour être dotés d'un cerveau de taille (très) conséquente ne sont pas particulièrement éclairés intellectuellement parlant. À l'instar par exemple du cachalot dont le cerveau pèse en moyenne huit kilogrammes (contre environ 1,5 kg en moyenne chez l'être humain adulte).

Crédits photos : Alex Mit/Shutterstock

Partager cet article